Liberté de publier : le Koweït se débarrasse de son comité de censure

Antoine Oury - 24.08.2020

Edition - International - Koweït liberte publier - censure koweit - koweit liberte


Le Koweït, par l'intermédiaire de son assemblée nationale, a voté la suppression de son comité de censure des médias et publications, qui examinait chaque livre importé dans le pays. Mis en service en 2006, il aurait été à l'origine de la censure de 4500 titres depuis cette date. La liberté d'expression et de publication reste sujette à caution, mais un progrès s'observe, indéniablement, saluent des observateurs.

Censorship Causes Blindness


L'Union internationale des éditeurs (UIE/IPA) apporte un motif de réjouissances avec l'annonce de la suppression du comité de censure au Koweït. Un premier pas vers une plus grande liberté de publier, qui aura des conséquences pour les auteurs et la liberté d'expression dans le pays. En effet, tout livre importé au Koweït devait passer devant ce comité, et obtenir son autorisation pour être rendu public.

Cela ne signifie pas, bien sûr, que toutes les vannes sont ouvertes : une censure reste possible, mais elle devra désormais se faire devant les tribunaux. Aussi, éditeurs et auteurs font toujours face à la menace d'actions en justice. 

Toutefois, « [f]élicitations à ceux qui ont permis, au Koweït, cet important changement en faveur de la liberté de publier », souligne Kristenn Einarsson, éditeur président du comité Liberté de publier de l'Union internationale des éditeurs. « C'est une étape importante, et j'espère que d'autres suivront. »

Selon ArabLit, qui cite l'agence gouvernementale officielle, des listes des auteurs et ouvrages publiés devront être fournies au ministère de l'Information. Par ailleurs, « L'importateur sera seul responsable des idées et opinions exprimées dans les publications », indique le texte de loi modifié par le vote des parlementaires.

À l'origine, le comité de censure porte un regard sur les textes, qui ne doivent véhiculer ni insulte à l'islam et à la justice, ni des actes « immoraux » : plus généralement, toute « incitation au désordre » est bannie. Le comité s'était fait remarquer en 2018 pour avoir censuré des livres de Victor Hugo, Gabriel Garcia Marquez ou encore Fiodor Dostoïevski, parmi les 948 titres bannis du Festival international de littérature du Koweït.
 

La disparition du comité de censure pourrait toutefois faire naitre une forme d'autocensure chez les éditeurs locaux, de crainte d'un procès et des frais qui l'accompagnent. La situation reste aussi incertaine pour les quelque 4500 titres précédemment bannis par le comité.


Photographie : La censure rend aveugle, Andréia Bohner, CC BY 2.0



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.