Libr'à nous : les libraires réunis sur Facebook pour un prix littéraire

Nicolas Gary - 22.01.2015

Edition - Librairies - libraires métier - prix littéraire - association catalogue


En novembre 2013, ils étaient une poignée à se retrouver sur un réseau social bien connu, partis tous sur un coup de tête : « Et si nous lancions un prix littéraire ? ». Réponse unanime : « Chiche ! » Après une première édition restée discrète, une association est montée, Libr'à nous et la deuxième édition est partie, arrivée dans sa phase finale. 

 

 Librairie Le comptoir des mots

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

« Nous voulions créer un prix qui soit en dehors de ceux déjà admis, pour donner une reconnaissance à certains titres et genres littéraires », nous explique Christina Pascal, l'une des fondatrices. L'association est venue pour consolider la démarche professionnelle, est aujourd'hui plus de 158 personnes ont pris part à l'aventure.

 

Puisqu'au commencement était le verbe, les participants ont proposé 200 titres, dans chacune des sept catégories

 

• Littérature française : livres de langue française

• Littérature étrangère : livres traduits en langue française

• Polar : romans policiers, romans noirs, thrillers.

• Imaginaire : science-fiction, fantasy, fantastique, horreur 

• Album Jeunesse : albums illustrés pour enfants de 5 à 12 ans 

• Roman Jeunesse : romans pour jeunes de 10 à 14 ans

• BD adulte

 

Affinage après affinage, et débats dynamiques, trois livres restent en concurrence, pour chacune de ces catégories. Avec une mention spéciale pour « un livre oublié, qui est encore édité, mais ne répond plus à l'actualité, c'est une sorte de coup de cœur spécifique, que les membres fondateurs vont proposer ». Un petit moment de gourmandise personnel, donc « quitte, à l'avenir, à faire pression sur les éditeurs pour qu'ils republient le livre qui sera choisi ». Il s'agira là de "Livres pour éclairer le monde", une sélection de 8 titres proposée par les organisateurs du prix, qui leur semblent riche de cette qualité : éclairer par la réflexion, le rire, l'innovation...

 

Aujourd'hui, Libr'à nous réunit des libraires indépendants, maisons de la presse, employés de grandes chaînes de librairies, ou de grandes surfaces, culturelles ou non. Et s'étend hors de France, avec des intervenants, spécialisés ou généralistes, qui viennent de Belgique ou de Suisse. L'objectif est d'atteindre également le Québec et les librairies françaises du monde entier. « Nous sommes tous libraires, et nous entretenons la même passion pour notre métier, en défendant les livres que l'on aime. » Mais surtout, note Christina Pascal, « nous sommes heureux de l'enthousiasme manifesté par les participants ».

 

Ce club de lecture 2.0 n'aura été possible que par Facebook, souligne-t-elle. « Nous avons mis en place un groupe privé, pour que chacun puisse s'exprimer librement, au cours des délibérations. Et c'est au travers de la Page que nous avons mis en place que nous avons pu réunir des participants. Internet nous a simplifié la vie, en dématérialisant les échanges : plus de limites d'espaces ni de frontières, de sorte que chacun peut y prendre part. » 

 

Avec quelques contraintes, plaisante-t-elle : « Le comptage des voix, avec Facebook... quel calvaire ! » Mark Zuckerberg, fondateur du réseau, qui avait lancé son propre club de lecture, à travers Facebook, n'a qu'à bien se tenir.  Le verdict final sera rendu le 1er février. Avec impatience.