Libraires britanniques : face à Amazon, la résistance s'organise

Clément Solym - 17.08.2012

Edition - Librairies - Amazon - Waterstones - commerce de proximité


La rumeur enfle et un vent de réforme souffle dans les magasins Waterstones : comme prévu, l'enseigne va accueillir des Kindle entre ces murs, pour un partenariat qui a surpris tout le monde. (voir notre actualitté) Passé le choc de l'annonce, les libraires indépendants de la « High Street » s'organisent, avec le soutien logistique de la Booksellers Association. Mais Amazon a aussi des vues sur le commerce de proximité...

 

 

Hannay

(auteur : jez s

 

 

Faut-il y voir le signe d'une inévitable défaite ? Waterstones et James Daunt qui abdiquent face à Amazon, alors que le directeur traitait le site de e-commerce de tous les noms, cela a de quoi démoraliser, bien sûr... Mais non : Judith Charlesworth, copropriétaire de la Caxton Books & Gallery à Frinton-on-Sea, petite ville juste en face d'Ostende, a décidé d'agir avec une campagne visant les consommateurs : « Shop 1 in 5 ».

 

Le principe est simple, et pourrait bien redonner un coup de jeunesse aux rues occidentales : sur l'ensemble des courses hebdomadaires, il s'agit d'inviter le consommateur à acheter 1 produit (sur 5, donc, en principe) chez un commerçant indépendant, plutôt que lors de son passage au supermarché, ou... sur Internet. « C'est une campagne qui s'adresse à tous les domaines commerciaux, et pas seulement le livre, et qui ne concerne pas seulement les indépendants, mais tous les commerces de proximité - d'autres revendeurs sont tout aussi vulnérables que nous. »

 

À l'heure où les rues de toutes les métropoles se confondent sous les enseignes des multinationales, injecter un peu de responsabilités dans le commerce ne peut pas faire de mal - mais est-ce suffisant ? « En tant qu'indés, on a parfois un peu peur de passer pour des réfractaires du commerce en ligne. Parfois, les gens ont cette réaction apologétique quand ils viennent au magasin : "Je laisse mon enfant choisir un livre, mais moi je reste à l'entrée, parce que j'ai un Kindle", et moi je veux leur dire : "C'est bon, entrez, vous pouvez utiliser les deux [le numérique et le papier].". »

 

La Bookseller Association, qui représente les libraires, lui a évidemment apporté son soutien : le site de l'organisation fait d'ailleurs apparaître depuis peu un outil permettant de géolocaliser la librairie la plus proche - impossible de le faire fonctionner, toutefois, de notre côté. Dommage que la logistique ne suive pas, car s'il y en a un qui envisage d'investir le terrain de la High Street, c'est bien Amazon.

 

Le site de e-commerce va en effet développer un système de dépôt en magasin pour la réception des colis : le client pourra aller chercher son achat dans un revendeur de son quartier. Pas n'importe lequel toutefois, puisque les premiers noms avancés vont de Paypoint, une enseigne spécialisée en la matière, Spar ou... des supermarchés. Seul Costcutter fait figure de commerce local, mais les magasins sont là encore intégrés au sein d'un groupe. Outre la possibilité de venir retirer son colis jusqu'à 22 heures, heure de fermeture de la plupart des magasins, le client insatisfait pourra laisser son article sur place, qui sera immédiatement renvoyé à Amazon.

 

Et aura au moins quelqu'un à engueuler en face de lui...

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.