Libraires indépendants : solutions pour percer sur le marché du numérique

Clément Solym - 05.03.2012

Edition - Les maisons - librairies indépendantes - sourcebooks - american bookseller association


Le marché du numérique s'est très rapidement imposé comme incontournable pour les libraires, les auteurs et les éditeurs pour faire tourner la machine de l'industrie de l'édition.

 

Pour les libraires, plusieurs indispensables sont à l'œuvre : QR codes sur étagères, rappel de liens vers les sites Internet, etc. Et pour aider les libraires indépendants, souvent plus vulnérables, à s'adapter à cette évolution du secteur, diverses solutions pointent le bout de leur nez.

 

Coup de main des maisons

 

En juin dernier, Ubridled Books a organisé, en partenariat avec l'American Booksellers Association,  trois journées de ventes de livres numériques à des tarifs défiant l'imaginaire : 25 cents au travers des 250 boutiques de libraires indépendants, qui ont ouvert leur ebookstore au travers de Google eBooks. Depuis, d'autres projets similaires ont vu le jour. Le 13 février dernier, Algonquin a lancé « Lucky 7 », une promotion proposant sept ouvrages de fond de leurs auteurs en format ebook pour une durée de sept jours à 1,99$, redirigeant les internautes vers les sites des librairies indépendantes.

 

La maison Sourcebooks travaille actuellement sur un programme « Read Local ebook »  pour aider libraires indépendants. Il permet par exemple de voir sur leur site, un hashtag #localebooks pour mieux informer et orienter les clients dans leurs achats.


 

 

 

Lecteur ebook et diversification des ventes

 

Une autre solution envisagée par les libraires serait de sortir leur propre lecteur ebooks pour encourager les lecteurs à acheter numérique, à l'instar de Barnes &Nobles et son Nook. Selon Publishers weekly,  The American Booksellers Association serait d'ailleurs en train de travailler avec des partenaires pour créer un lecteur de livres numériques unique spécialement pour les librairies indépendantes.

 

« Le Kindle est bon marché et facile à utiliser. Pourquoi est-ce que nous les librairies on ne pourrait pas, avec nos associations professionnelles, sortir un lecteur qui serait branché, performant, pas cher et facile à utiliser pour promouvoir les ebooks Google ? » s'est interrogé Katherine Bennett, propriétaire de Undercover Books & Gift aux États-Unis. 

 

Pour d'autres, un partenariat avec de grandes maisons est un bon compromis. Chuck Robinson est co-propriétaire de Village Books aux États-Unis, et il ne dirait pas non pour travailler de pair avec Barnes & Nobles et  vendre le Nook : « On envoie pas mal de gens à B&N pour acheter un Nook » explique-t-il, « je pense qu'ils ont fait du bon boulot avec ce lecteur ». Casey Coonerty, libraire en Californie émet cependant des réserves, notamment quant au prix de ventes et sur le fait que vendre des lecteurs de marque pourrait rendre les librairies indépendantes concernées responsables du support technique.

 

Pour encourager les clients à se rendre sur son site, Matt Norcrosse de McLean & Eakin Bookseller, lui, diversifie ses produits de ventes (DVD, par exemple). Et ça fonctionne selon lui, les ventes de ses ebooks sur le net augmentent, il ajoute : « Nous avons besoin d'augmenter notre compétitivité. Il faut que l'on vende des ebooks avant les dates de publications et d'avoir un service de livraison simple et facile. Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas vendre de l'audio ou louer des DVD. La clef est d'en avoir plus, encore et encore. »


 

 

Le livre numérique... par les livres