Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Librairie en France : 'rétablir des conditions de concurrence équilibrées'

Clément Solym - 21.08.2013

Edition - Librairies - Aurélie Filippetti - librairie indépendante - concurrence


Il avait fallu que François de Mazières et par la suite Sylvain Berrios, députés UMP tous deux, sollicitent la ministre de la Culture sur le sort des librairies indépendantes pour que cette dernière réponde ce 20 août. La librairie indépendante est au coeur des préoccupations du ministère de la Culture. D'ailleurs, le plan de soutien dévoilé début juin à Bordeaux, lors des Rencontres nationales de la librairie en atteste.

 

 

 

Aurélie Filippetti et Alain Juppé aux Rencontres nationales de la librairie de Bordeaux

 

 

Aurélie Filippetti prend soin de récapituler : son projet est de « redonner à ces commerces de proximité, dont le rôle culturel doit être préservé, les deux points de rentabilité perdus au cours de la dernière décennie ». Le plan est d'ailleurs soutenu par différentes mesures, rappelle-t-elle : 

 

un renforcement des aides publiques, par l'intermédiaire d'un fonds de soutien à la transmission, dont l'Association pour le développement de la librairie de création (ADELC) aura la charge

un fonds d'avance en trésorerie de court terme sera créé afin de pallier les difficultés rencontrées par les librairies pour l'accès au crédit bancaire : ce dernier sera géré par l'IFCIC

une augmentation de 2 millions € dans le budget annuel du centre national du livre, pour « la modernisation du secteur »

 

L'ensemble de ces mesures sera « opérationnel pour l'automne prochain », assure la ministre, qui a encore en réserve quelques projets connus du secteur. En effet, outre ces trois approches financières, deux autres points concernent le soutien à la librairie : 

 

renforcer « l'application des lois relatives au prix du livre »

créer une « instance de médiation, chargée de gérer les litiges pouvant survenir entre les acteurs de la chaîne du livre »

 

Ces deux autres mesures, présentées en mars dernier, durant le Salon du livre de Paris seront accompagnées d'un renforcement du pouvoir d'action des agents publics assermentés. Cependant, la ministre explique que des nominations interviendront « pour constater d'éventuelles infractions aux lois relatives au prix du livre. Il est prévu que les textes encadrant ces deux dernières mesures soient examinés par le Parlement avant le 1er trimestre 2014 ».

 

"rétablir des conditions de concurrence équilibrées"

 

L'un des derniers points de protection de la librairie indépendante concerne enfin le cumul des 5 % de remise, conformément à la loi Lang, associé à la gratuité des frais de port « a déséquilibré les conditions d'une concurrence garantie jusqu'à présent par les lois sur le prix du livre et fondée sur la qualité de la prestation proposée au client ». 

 

Le gouvernement réfléchit actuellement à ce point, « afin de rétablir des conditions de concurrence équilibrées ». Pour ce qui est de la vente en ligne et, in extenso, du livre numérique, la ministre reste toutefois prudente :  

Enfin, deux rapports rendus récemment (le rapport sur la fiscalité du secteur numérique et le rapport relatif aux politiques culturelles à l'ère numérique) ont mis en lumière des pistes de réflexion pertinentes dont l'objectif est d'adapter les règles internationales de l'imposition des bénéfices aux réalités de l'économie numérique. Ces propositions nécessitent néanmoins une expertise technique approfondie ainsi qu'une concertation avec les professionnels menée par les différents ministères concernés.

 

MM. de Mazières et Berrios peuvent se rassurer, donc, les pouvoirs publics n'oublient pas la librairie.

 

Par ailleurs, le président de la République avait demandé aux ministres de réfléchir à l'avenir du pays, et ces derniers avaient hier remis leurs copies, sur la thématique La France en 2025. Le ministère de la Culture, contacté par ActuaLitté, nous avait expliqué que parmi les perspectives, la constitution d'une offre numérique consolidée comptait parmi les priorités. « Pour le livre, c'est le renforcement de la vente de livres papier ou numérique, selon les modes de lecture, que nous voulons encourager. »