Librairie : faut-il freiner les ventes de livres français à l’étranger ?

Auteur invité - 29.06.2019

Edition - Librairies - librairies francophones - ventes livres étranger - freiner ventes


RNL19 – Les rencontres de la librairie débuteront ce 30 juin à Marseille. L’interprofession compte bien s’y retrouver, pour débattre des sujets qui touchent actuellement le secteur. L’Association internationale des libraires indépendants vient de communiquer à ActuaLitté un message qui pourrait être des plus préoccupants. Philippe Goffe, Président de l’AILF, tire la sirène d’alarme.

Librairie Parenthèses (Hong Kong)
librairie Parenthèses, Hong Kong - ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

Les libraires francophones établis à l’étranger ont vu apparaître récemment des frais supplémentaires sur leurs factures SODIS et UD. Sans préavis, et alors que certains avaient déjà répondu à des appels d’offres en prévision de la rentrée scolaire. Explication reçue : la tendance préoccupante concernant les commandes de réassort de plus en plus fréquentes et de plus en plus petites en nombre d’exemplaires de la part des clients export, qui engendrent des coûts supplémentaires importants.

Tarif : 1,8 % du PPHT, avec un minimum de 5 €.

Il s’agit bien d’une modification unilatérale, et peu élégante, des conditions de vente.

Avec l’argument suprême : ces frais sont facturés à l’ensemble des clients export, à l’instar d’autres diffuseurs, — peut-on encore les nommer ? – l’un d’eux les appliquant même sur le PPTTC, considéré comme prix export.

Les libraires peuvent comprendre les préoccupations de leurs fournisseurs. Ceux-ci peuvent-ils, en retour, comprendre les réalités des libraires de l’export qui, à l’heure d’Amazon et consorts, font face à un marché où la fluidité est un impératif ? Ce qui est vrai pour eux l’est d’ailleurs aussi pour les libraires français et belges auxquels pourtant, et c’est heureux, on n’impose pas cette surtaxe.

C’est une double peine qui est ainsi imposée aux libraires francophones qui font face à bien d’autres contraintes : délai de préparation des commandes, délais et frais d’acheminement avec nécessité du groupage pour éviter qu’ils ne soient prohibitifs, frais et taxes de dédouanement…

Au final, cela peut aller jusqu’à 2 mois de délai, et un prix du livre augmenté de 10 à 25 %, voire plus, par rapport au prix français, référence obligée pour le client, qu’il soit à Rome, Taipei, Abidjan ou Santiago.

Faut-il en rajouter ? Faut-il donc freiner encore les ventes de livres français à l’étranger ? Question judicieuse au moment où le Ministère de la Culture travaille aux États généraux du livre en français.

A moins précisément qu’on ne veuille charger ce ministère, via une augmentation des aides du CNL, à compenser ces frais supplémentaires. Rappelons que parmi les critères pour être labellisée « librairie de référence à l’étranger » figure le fait de pratiquer des prix de vente équitables et adaptés au marché et de proposer aux clients la possibilité de commander des ouvrages à l’unité.

N’est-il pas temps plutôt de nouer un dialogue entre éditeurs et libraires, éventuellement avec l’aide d’un médiateur, pour discuter ensemble d’usages commerciaux adaptés à l’export ?

Les libraires y sont prêts, et l’AILF qui représente une centaine de librairies francophones dans une cinquantaine de pays sur les cinq continents parle en leur nom pour lancer cet appel.
 
Philippe Goffe
Président de l’AILF
 



Commentaires
ÇA SUFFIT! C'est justement en imposant des tarifs de plus en plus élevés et en ne publiant pas certains livres hors France que nous francophones hors France allons nous tourner vers Amazon! J'en ai marre d'attendre 2, 3 mois pour recevoir un livre. J'en ai marre de devoir demander à des amis en voyage en France de me rapporter tel livre parce que la seule façon pour moi de l'obtenir sans avoir 40$ de shipping via vos librairies indépendantes alors qu'Amazon ne me chargerait que des frais minime.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.