medias

Librairie Gibert Joseph : grève reconduite pour une quatrième journée

Clément Solym - 24.01.2017

Edition - Librairies - librairie Gibert Joseph - grève librairie direction - salariés CGT solidarité


Ce 20 janvier a démarré une grève, qui se poursuit, chez les salariés de la librairie Gibert Joseph, située boulevard Saint-Michel à Paris. Un mouvement de soutien, explique la CGT, qui intervient alors qu’un salarié a reçu un entretien préalable à licenciement.

 

 

 

« Malgré la mobilisation exceptionnelle, la direction refuse toujours de lever la menace de licenciement, condition indispensable à la reprise du travail », assure la CGT ce 24 janvier.

 

La mobilisation découle avant tout d’une incompréhension, face à la convocation, qui interviendrait sans que la personne ait « commis aucune faute », insiste le syndicat. « Cette procédure brutale, sans fondement, est la dernière conséquence de l’acharnement disciplinaire, du management punitif, du refus de dialogue qui sévit actuellement dans la librairie », expliquait un document diffusé ce 20 janvier.

 

En outre, la CGT reproche à la direction d’avoir « fait payer aux collègues le recours par les élus du CE à un expert-comptable afin de les assister dans l’examen annuel des comptes ». Le syndicat fait également état du « mal-être » de plusieurs collègues : « Nous ne voulons plus retrouver une salariée en pleurs, à bout de nerfs, après cinq minutes d’entretien avec leur supérieur ! »

 

Les relations avec la direction se seraient d’ailleurs envenimées, souligne la CGT. Quant à l’entretien préalable à licenciement, le syndicat a sa propre interprétation : « Il a d’ailleurs de nombreuses fois fait connaître sa volonté de se présenter aux élections professionnelles comme candidat au comité d’entreprise. Ne cherchons pas plus, les véritables raisons de la procédure sont là. »

 

Une pétition a été créée ce 24 janvier, détaillant les raisons qui ont poussé à cesser le travail : les salariés protestent contre « dégradation de [leurs] conditions de travail et l’acharnement disciplinaire ». Au quatrième jour de grève, 65 % de grévistes sont revendiqués. « La mobilisation est le seul outil pour que notre direction écoute la parole de ses salariés et lève la menace pesant sur notre collègue. »

 

En outre, le sénateur de Paris, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a souhaité immédiatement attirer l’attention de la ministre du Travail, Myriam El Khomri, sur la situation de la librairie. « Les salariés de ce site de Gibert Joseph dénoncent l’absence de dialogue social, le management punitif et les mauvaises conditions de travail. Ils mettent en cause leur direction à ce sujet. Leurs revendications rencontrent un écho favorable parmi de nombreux clients de cette entreprise », note le sénateur.

 

« La mobilisation est notre seul outil pour que notre direction écoute la parole de ses salariés et lève la menace qui pèse sur notre collègue. Vous pouvez apporter votre contribution à la résolution rapide de ce conflit en signant la pétition mise à votre disposition et contribuer à notre caisse de solidarité pour assurer les frais de la grève. Vos soutiens nous ont déjà permis de récolter plus de 300 signatures. Nous vous remercions et espérons pouvoir mieux vous servir au mieux, dans les conditions de travail acceptables », indiquait la CGT au troisième jour de grève.