Librairie La Marelle, la littérature jeunesse entre terre et ciel

La rédaction - 01.03.2017

Edition - Librairies - Librairie La Marelle Beauvais - littérature jeunesse librairie - lecture jeunesse libraire


Élise Inglard a ouvert sa librairie le 3 décembre 2016 dans le centre-ville de Beauvais. Un retour aux sources pour la jeune femme originaire de l’Oise où réside sa famille. La Marelle concrétise le projet longuement mûri de transmettre sa passion pour les livres.

 

 

 

Proche de l’Hôtel de Ville, la librairie n’est pas immense, mais chaleureuse et aménagée avec goût. Elle est spécialisée dans les ouvrages pour les jeunes de 0 à 16 ans, du livre d’éveil au roman pour adolescents. Dans la vitrine et sur les étagères, ils offrent un bel échantillon de la richesse et de l’inventivité de ce secteur éditorial. Des cartes postales, jeux, et autres doudous achèvent de donner au décor les couleurs de l’enfance.

 

« Le souhait de soutenir la création contemporaine a toujours fait partie de mes engagements », affirme Élise Inglard. Au cours de ses études à Lille, c’est au carrefour de la langue, de la littérature et des arts vivants que se situait déjà son intérêt. Titulaire d’une maîtrise Conception et mise en œuvre de projets culturels dont le mémoire était consacré à la relation entre l’écriture et la danse, elle a poursuivi à Dijon avec une année spéciale en IUT Information-communication, option Métiers du livre et du patrimoine.

 

Son diplôme en poche, c’est à la librairie maritime de la Corderie royale de Rochefort, en Charente-Maritime, qu’elle a posé ses valises durant six ans. « Cette expérience a été pour moi un temps de formation très précieux qui m’a permis d’apprendre beaucoup sur le métier et ses enjeux. Épaulée par des responsables pleins de pédagogie et d’enthousiasme », se souvient la jeune femme.

 

Chargée de faire vivre le fonds jeunesse et d’organiser des rencontres dans cette librairie singulière dédiée à la mer, aux voyages, à l’exploration, elle s’épanouit en particulier auprès des livres pour enfants. « C’est l’album que j’ai le plus à cœur de soutenir. C’est un genre tellement étonnant ! Le dialogue entre texte et image me fascine », confie-t-elle.

 

Se lancer dans l’aventure

 

Si elle pense alors à Beauvais, Élise connaît les risques. Il faudra du temps avant qu’elle se sente suffisamment en confiance pour créer sa structure. Elle suit avec Pôle emploi une EPCRE (Évaluation préalable à la création et à la reprise d’entreprise) afin de s’assurer de la faisabilité de son projet. Elle bénéficie des conseils pratiques du CR2L (Centre régional livre et lecture) et de l’accompagnement de la BGE Picardie. Sur le plan financier, Initiative Oise Ouest et Picardie Active lui octroient deux prêts à taux zéro sans lesquels La Marelle n’aurait pas vu le jour.

 

Avec l’appui de la Chambre de commerce et d’industrie de l’Oise, Élise lance une campagne de financement participatif sur le site « Boost in Oise » le 14 octobre 2016. Sur une ardoise, près de la caisse de sa librairie, un message remercie les quatre-vingt-dix-huit contributeurs qui lui ont permis de récolter 4 540 €. Un bon départ pour la jeune libraire qui n’était pas habituée à gérer ces questions : « J’ai travaillé à Rochefort au sein d’une grosse équipe en collaboration avec un service comptable. Désormais, c’est à moi d’être chef d’orchestre à part entière. » Équipée d’un logiciel de gestion des stocks, elle a choisi pour ses commandes la plateforme Dilicom (Distributeurs Libraires Communication) qui lui donne accès au FEL (Fichier exhaustif du livre).

 

S’inscrire dans un territoire

 

La passion qui anime la jeune femme, sa joie de découvrir une nouveauté à défendre, ne balaient pas totalement l’inquiétude liée au fait de travailler seule. Elle déplore ne pas avoir de collaborateur avec qui échanger et enrichir ses pratiques. « Il faut être multitâche en permanence, mener de front l’accueil des clients, la gestion, les animations... Ce n’est pas si simple », explique-t-elle.

 

D’autant qu’elle a bien l’intention de proposer, au moins une fois par mois, des rencontres et activités au sein de sa librairie. Un atelier origami et une dédicace de l’illustratrice Pascaline Mitaranga sont déjà au programme de ce début d’année.

 

 

 

Même si les fêtes sont une période atypique, Élise est satisfaite du démarrage de La Marelle. Elle a été particulièrement touchée par l’accueil bienveillant de la clientèle à son égard.

 

Il faut dire que les Beauvaisiens avaient mal vécu, en novembre 2012, la fermeture en centre-ville de l’enseigne Gibert Joseph qui les privait de librairie indépendante. Après l’ouverture d’une Fnac en octobre 2014 puis celle du Furet du Nord en novembre 2015, l’offre culturelle de la ville qui compte tout de même 60 000 habitants, continue à s’étoffer. La Marelle a les atouts pour se faire une belle place dans ce paysage.

 

La Marelle — librairie @jeunesse, 10 rue Desgroux, Beauvais Du mardi au samedi de 10 h à 13 h et de 13 h 30 à 19 h

Alexandra Oury

 

 

en partenariat avec le CRLL Nord Pas de Calais