Librairie Mollat : le livre numérique, même pas en rêve

Clément Solym - 16.05.2011

Edition - Société - mollat - librairie - livre


La librairie Mollat est un motif légitime de fierté de la cité bordelaise : cet établissement massif, qui voit chaque jour aller et venir le tramway devant ses vitrines, reste indélogeable, rue Vital-Carles, non loin de la grande rue piétonne, Sainte-Catherine...

À l'occasion d'un petit séjour bordelais, il était de bon ton de faire un tour dans ces murs, non seulement pour découvrir la boutique de Denis Mollat, directeur général, et successeur de plusieurs générations à la tête de l'établissement, mais également président au conseil de surveillance d'Electre.

Dans ma librairie, on trouve...

C'est qu'en ces lieux, un samedi après-midi trop ensoleillé, on ne trouve pas vraiment foule dans la librairie. Denis Mollat, dans une interview accordée en avril 2008 à l'Express faisait preuve de foi à l'égard du livre :
J'ai foi en l'avenir du support écrit avec lequel le numérique jouera plutôt, selon moi, la complémentarité. D'une manière générale, la vraie question est de savoir par quel média passe désormais le savoir, et de quel savoir on parle. Si on imagine une société où on ne lit plus, on n'aura plus besoin de l'e-book ! Mais je crois que, dans une société comme la nôtre, de plus en plus normalisée, la culture sera toujours une bouffée d'oxygène.
Après le lancement de 1001libraires, portail de la librairie indépendante, pour lequel tant Electre que le CNL ou d'autres on versé leur écot, qu'en est-il de la librairie phare du Sud-Ouest, en matière de livre numérique. Certes, on peut, si l'on cherche avec un peu d'attention, trouver des ebooks sur le site internet, mais dans l'établissement ?

Interrogeant au détour un des libraires de la boutique, le chaland en quête d'un lecteur ebook pourra s'en retourner à sa promenade ses les quais. « Un lecteur de livre numérique ? Non, nous ne vendons pas du tout cela. » Et après un temps de réflexion... « Mais vous pouvez acheter des livres électroniques (sic !) pour les lire sur votre téléphone ou votre ordinateur... ils sont en format MP3, je pense. »

Ouch. Douloureuse sensation de naviguer dans un autre monde. Il n'était pourtant pas question d'un audiobook...

Du livre. Rien que du livre

En poursuivant notre tour de la boutique, un autre libraire nous précise : « Il y avait auparavant un espace papeterie, mais il a été supprimé. De la même manière, le livre numérique n'a pas sa place dans la librairie. Nous ne vendons que des livres, ici, c'est la position officielle. » Officielle ? Et qu'aurait changé l'installation d'une table d'un mètre carré avec quelques modèles aujourd'hui commercialisés ?

Difficile de comprendre les propos de Denis Mollat, qui en mai 2010 expliquait à Sud-Ouest que « la curiosité du public pour la culture est toujours là. Surtout actuellement ». Mais que pour curieux que le public puisse être, il ne trouvera rien pour se rassasier chez Mollat. « À terme, on imagine que le livre numérique pourrait représenter 20 % du marché. Mais il existera toujours des livres papier », précisait-il. Fort bien... mais en attendant, sa librairie fait joliment l'impasse.

Ou pas ?
Sur mollat.com, nous vendons déjà des fichiers numériques. Le problème en France, c'est que nous n'avons pas un système unique de protocole de téléchargement. Plusieurs groupes se dessinent. Numilog avec Hachette. Eden avec Gallimard, Le Seuil et Flammarion. Editis, qui va se retrouver avec Média-Participations. Le dernier rapport de Christine Albanel sur le numérique invite les professionnels à normaliser ces protocoles.
Dans tous les cas, qui souhaiterait s'informer sur les lecteurs ebook devra retourner chez Darty ou Apple - qui vient d'ailleurs d'ouvrir un nouveau magasin, justement à Bordeaux centre. Et que penser du manque complet d'informations et de formations des libraires, sur un sujet dont tout le monde s'accorde à dire qu'il représente un des avenirs du livre ?

On se demande bien comment ont pu se dérouler les rencontres nationales de la librairie, à Lyon, à la lumière de ces éléments. On ne demandait pas une borne de téléchargement dans la librairie, tout de même.

Contactée par ActuaLitté, la librairie Mollat n'était pas disponible pour répondre à nos questions.