Librairie : un certain malaise dans la ville de Creil

Nicolas Gary - 09.04.2013

Edition - Librairies - ville de Creil - règlement de facture - Association


La librairie de Creil, Entre les Lignes, vit une étrange situation : depuis plusieurs mois, celle-ci estime être victime de ses propres professionnels. Une facture traîne depuis plusieurs semaines, adressée à l'Association de la Ville aux Livres, organisatrice du Salon de la BD et de la jeunesse à Creil. Toute la difficulté est que, pour cette manifestation, trois librairies indépendantes sont sollicitées, mais Entre les Lignes trouve qu'une certaine inégalité dans les règlements s'est installée.

 

 


 

 

Le Salon du livre et de la BD se tient chaque année en novembre 2012, et en date du 23 mars, Entre les Lignes n'avait toujours pas reçu l'acompte traditionnellement versé, les années précédentes, au mois de février. « Il fallait déjà insister beaucoup, pour être réglé d'une première partie, au cours des années passées. Mais cette année, les deux autres librairies ont été réglées en décembre, quand nous avons attendu, et qu'en dépit de nos relances téléphoniques, et d'une lettre RAR, rien n'est arrivé. »

 

Pour la manifestation, les trois librairies, celle de Signes (Compiègne) et la Maison de la BD (Creil), prennent part avec Entre les Lignes pour fournir les ouvrages listés par les organisateurs. Les ventes générées durant le Salon sont alors réglées, pour un montant de 60.000 €, à partager entre les établissements qui pointent les ventes, en fonction des ouvrages laissés en dépôt. « Jamais, en 10 ans, nous n'avons été réglées en décembre », explique Claire Lesobre, cogérante. Or cette année, plus encore la situation est complexe. 

 

En janvier dernier, la librairie avait en effet dénoncé un appel d'offres, pour la médiathèque de la ville, dont elle avait été exclue, au profit de la Société française du livre : « La proposition et la politique de la SFL sont hyper agressives et que la mairie ait décidé de ne pas retenir notre offre est regrettable. C'est un enjeu majeur pour une ville que de garder une librairie, alors que tant d'autres ferment, partout en France. » La mairie s'était expliquée, assurant que la position géographique de la librairie ne pouvait pas être prise en compte.

 

Problème de facturation et de règlements

 

Reste que ce revers représentait une perte financière pour la librairie, auquel ce règlement manquant pour l'établissement, vis-à-vis du Salon du livre s'ajoute lourdement. Ayant alerté le président du conseil régional de Picardie, ainsi que celui du Conseil général de l'Oise et le maire de Creil, les deux gérantes de la librairie s'inquiètent de remarquer que les personnes concernées par cette affaire de facture se retrouvent également à d'autres postes.

 

« Sylviane Leonetti, responsable de La Ville aux livres, est également la directrice de la médiathèque. Le précédent président de l'Association, Michel Clair, est aussi propriétaire de la Maison de la BD, et Madeleine Abellan, qui nous a répondu récemment, était vice-présidente de Michel Clair. Tout cela est épuisant quand on en prend conscience. »

 

L'actuelle présidente de l'Association, Madeleine Abellan, a souligné dans son courrier que l'Association avait versé un acompte de 7000 € pour « aider à faire face, même partiellement, à vos créanciers ». Et de souligner que cette situation de non-règlement pour Entre les Lignes est « un concours de circonstances et non un choix délibéré », ajoutant que « d'autres libraires et prestataires se sont trouvés dans la même situation les années précédentes, en fonction de la date de réception de leur facture ». 

 

Le solde de la facture devrait donc être réglé « à réception des reliquats des subventions 2012 ». Mais pour les libraires d'Entre les Lignes, ça ne fonctionne pas : « Nous sommes réglés en fonction des ventes d'ouvrages réalisées, et cet argent, il a déjà été versé par les gens venus à la manifestation. » Si l'association est tributaire de subventions, les libraires ne comprennent pas les retards accumulés, et moins encore pourquoi les deux autres librairies ont déjà perçu un acompte.

 

 

  Réponse Coval-Abellan.pdf by ActuaLitté

 

 

Problèmes de trésorerie

 

Sollicitée par ActuaLitté, la présidente de l'Association, Mme Madeleine Abellan fait preuve de beaucoup de compréhension, et entend bien les doléances des libraires. « Cependant, les deux autres partenaires nous ont envoyé leur facture bien avant, alors que mesdemoiselles Lesobre nous l'ont fait parvenir bien plus tard. » De ce fait, l'acompte versé aux librairies des Signes et La maison de la BD s'est fait bien plus tôt. 

 

« Aujourd'hui, nous sommes en attente des reliquats de subventions, puisque nous en percevons la moitié avant la manifestation, et que le solde ne nous est remis qu'après la tenue de l'Assemblée générale et l'arrêt des comptes par un expert comptable. » Et de souligner qu'en plus, la période de crise a entraîné une baisse des subventions, impactant, non pas la qualité de la manifestation, mais bien son budget de fonctionnement.

 

« La mairie de Creil, les Conseils général et régional ont diminué de près de 20.000 € les montants accordés, soit 20 % de nombre budget habituel. Du reste, certains mécènes ponctuels financent également le Salon, mais cette année, ils ne se sont pas présentés », précise la présidente. Alors, oui, voilà que des problèmes de trésorerie et des coupes budgétaires ont provoqué quelques problèmes dans le règlement des partenaires.

 

Mais on reconnaît également « un manque de prudence » : avec l'argent des ventes de livres, ont été réglés les autres prestataires. Les hôtels pour les auteurs, les frais de bouche et d'autres sommes : « Nous aurions dû payer tous les libraires, effectivement. Mais le retard dans la facturation, ajouté à la baisse de subvention et le règlement des prestataires a provoqué un réel problème. Oui, cela nous apprendra... »

 

Du reste, tout problème de moralité ou de probité est totalement superflu : si l'ancien président est effectivement le patron de la Maison de la BD, il a assuré durant les quatre dernières années « un rôle dont personne ne voulait ». Et la nouvelle directrice garantit qu'il ne s'est pas payé avant les autres, en profitant de sa situation. « M. Clair a agi en toute probité. Nous avons aujourd'hui un problème réel de trésorerie, et attendons les subventions pour régler les partenaires », répète la présidente.

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.