Libris Agora va vendre ses trois dernières librairies

Julien Helmlinger - 02.10.2014

Edition - Librairies - Libris Agora - Chaîne de librairies - Vente


C'est la fin de 40 années d'histoire pour la chaîne de librairies Libris Agora, créée en 1973 et qui va céder ses trois dernières adresses de Wallonie, à Liège, Namur et Ottignies-Louvain-la-Neuve. En 2013, la boutique Libris-Fort Jaco avait été fermée à Uccle, tandis que la fermeture de Libris-Espace Louise est programmée au 31 août 2015. Le directeur général Nicolas Lebeau évoque la mise en vente de chacun des fonds de commerce, et la volonté de sauver les emplois concernés, mais le personnel reste toutefois inquiet.

 

 

Crédits : Libris Agora 

 

 

L'une des raisons de cette inquiétude des employés concerne le fait que, si le groupe ferme ses dernières librairies, en revanche, il prévoit l'ouverture d'un nouveau Belgique Loisirs, rue de Namur, à Bruxelles. Nicolas Lebeau précise quant à lui qu'il s'agit d'un investissement à l'initiative de l'actionnariat du groupe, dont la volonté serait désormais de « recentrer nos activités dès lors qu'il n'était plus possible de tout mener de front ».

 

Comme en France, les librairies belges ne sont pas épargnées par la « crise du livre ». À Bruxelles, le directeur général précise que « Libris Louise a accusé trois années consécutives de pertes financières », à raison de 250.000 € par an. S'il admet que le groupe est le premier à mettre la clé sous la porte en Belgique, Nicolas Lebeau estime que d'autres enseignes sont menacées.

 

Il confie : « À titre personnel, la fin de Libris m'effondre. Mais c'est le prix à payer pour sauver notre autre activité et sauver l'ensemble du groupe qui, Belgique Loisirs, le Grand Livre du Mois, Meslivresnumériques et la branche logistique compris, représente 450.000 clients/an et 296 emplois. »

 

Toutefois, la situation commerciale et financière des boutiques Libris Namur, Libris Liège et Libris Ottignies-Louvain-la-Neuve serait nettement moins sombre que celle de Libris Louise qui n'aurait que de faibles chances de survie en raison d'une fréquentation insuffisante. Selon Lebeau, « ces commerces sont viables et des espoirs réels de rachat existent ». Pour ce qui les concerne, tout dépendra donc des futurs propriétaires.

 

Malgré tout, les 14 employés de Libris Louise espèrent parvenir à conserver leur emploi. Ils ont mis en ligne une pétition via petition.be, pour mobiliser leurs soutiens, dans l'optique de sauver le magasin à l'aide d'une solution de type coopérative. Toutes les suggestions et initiatives sont les bienvenues avant l'échéance du 31 août 2015.

 

Contacté par ActuaLitté, le groupe n'était pas disponible pour apporter de précisions.