Limoges, Dunkerque : les 10 petits nègres en librairie...

Clément Solym - 29.12.2012

Edition - Librairies - fermeture de librairie - Limoges - Dunkerque


Ce sont deux autres établissements historiques qui s'apprêtent à fermer leurs portes. Non qu'ils furent des foudres de guerre ni des commerces d'envergure nationale, mais au niveau local, les habitants sont déjà orphelins. Entre Limoges et Dunkerque, les mêmes motifs, les mêmes raisons qui poussent à fermer, et surtout, l'absence de repreneur. Libraire, métier sexy, dans une époque qui a besoin d'émotions fortes ?

 

À Limoges, la librairie Laucournet a ouvert en 1884, et fermera définitivement ce 31 décembre : plus de 130 ans de bons et loyaux services, pour cet établissement spécialisé dans les livres anciens et rares. Les ventes se poursuivront, exclusivement sur internet et dans les salons, bien entendu. Littérature générale, histoire, voyages ou encore régionalisme et livres illustrés avaient trouvé dans ces lieux un écrin. 

 

Jean-Claude Laucournet, fils du repreneur, qui en 1953 avait racheté alors l'établissement, se souvient dans un reportage signé France 3.

 

 

Un peu plus loin, c'est à Dunkerque que DK Livres va mettre la clef sous la porte : Christine et Hervé Bataille décident de cesser leur activité de libraire, lancée en 1990, et à compter du 28 février, tout va s'arrêter. Un départ à la retraite mérité, certes, mais qui s'accompagne d'une certaine amertume : au commencement, quinze librairies se partageaient la ville, quand il n'en demeure plus que trois aujourd'hui.

 

 

 

 

« Et puis il faut également savoir que libraire, c'est un métier très physique, ajoute son épouse, porter des caisses de livres tous les jours, ça nécessite d'avoir une bonne condition », ajoute Christine Bataille. 

 

Pourtant, chose rare, le chiffre d'affaires de l'établissement restait bon et le commerce tourne bien ; cela n'empêchera pas les murs d'être repris, par tout autre chose qu'une librairie, annoncent déjà les futurs anciens locataires. DK Livres aura même eu le mérite de faire sortir les Flamands de leur Belgique, pour s'approvisionner en livres francophones. Bien la première fois que l'on traverse la frontière dans ce sens, ces derniers temps... (via La voix du Nord)

 

 

Et pendant ce temps-là, la librairie spécialisée Polar Lignes noires, à Avignon, tire la sonnette d'alarme.

La Librairie Lignes Noires c'est tout ça évidemment et c'est aussi des erreurs et probablement de mauvaises décisions. 

Mais c'est aussi  trop peu de ventes, un loyer trop élevé, un banquier qui ne laisse aucune marge de manœuvre, une période économique difficile, un secteur en crise.

La Librairie Lignes Noires c'est aussi comme beaucoup trop de librairie, malheureusement, une librairie qui va fermer ses portes définitivement.

 

Vraiment, sale temps...