“Lire, c’est trouver la force, chez d’autres, d’avancer encore”

Cécile Mazin - 25.01.2016

Edition - Société - voeux 2016 - Vincent Monadé - CNL lire livres


Parler du bonheur, voilà une belle manière de présenter des vœux pour une année qui a commencé. « Le bonheur d’être en vie : à quel moment une évidence est-elle devenue un bonheur ? » Le président du Centre national du livre avait choisi ses mots, pour accueillir l’interprofession ce 25 janvier. 

 

Vincent Monadé aux voeux du Centre National du Livre

Vincent Monadé - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Ces bonheurs, simples, prendre un verre en terrasse, retrouver des amis, « trop boire, trop fumer, parler trop fort, de rire à tort et de nos travers », accompagneront les vœux que Vincent Monadé présentait ce matin. Avec ce dénominateur commun à tout, « travailler dans et pour le livre », un autre bonheur.

 

Né de la Seconde Guerre mondiale, le Centre national du livre émane d’un mouvement d’émancipation, rappelait-il. « Nous sommes les héritiers du grand chambardement qui fonde encore la France, et nous [le CNL] sommes un des piliers de la trinité qui structure le soutien au livre dans ce pays : le droit d’auteur, la loi Lang et, donc, le Centre national du livre. »

 

« Mère de toutes les batailles », ce droit d’auteur rencontrera des étapes décisives en 2016 : Europe, législation française, et bien d’autres. La loi Lang incarne « l’arme stratégique » qui protège pour « conquérir et innover ». Et que bien d’autres industries culturelles envient. 

 

Au sein de cet environnement, le CNL s’engage auprès de tous les maillons de la chaîne : auteurs, éditeurs, libraires, et même organisateurs de manifestations littéraires. « Nous sommes la maison commune, maillon indispensable de la chaîne du livre, un acteur majeur de la diversité culturelle, du maintien dans notre pays d’une création exigeante, difficile et économiquement viable. »

 

Mais le CNL aura, pour 2016, ses propres combats : repenser sa structure pour faire face aux « incertitudes qui pèsent sur son financement ». Et l’obligation d’inventer des ressources pérennes, pour garantir à chacun un soutien. L’élargissement de l’assiette de taxe au livre numérique compte parmi les sources nouvelles de revenus pour le Centre. 

 

La réforme garantira une existence durable, d’autant plus nécessaire que l’établissement fête ses 70 années – les festivités débuteront lors de Livre Paris, pour durer toute l’année.

 

2016 sera, comme le président l’assurait pour l’ensemble de son mandat, une année consacrée à la promotion de la lecture. La deuxième édition de Lire en Short démontrera qu’il est possible de « sortir de Paris, d’une vision élitiste du monde », pour s’ouvrir à l’ensemble du pays. « Ce que nous avons réussi, personne ne l’avait même tenté. »

 

Et de conclure sur des déclarations d’amour – quoi de plus normal après avoir commencé à parler de bonheur ? « Dans ma vie, je n’ai rien tant aimé que ce que vous faites tous, au quotidien, des livres. Je n’ai pas eu d’ami plus intime qu’Alexandre Dumas [...] je n’ai pas souvenir d’avoir aimé une femme plus que Fantômette. » 

 

Au sortir des attentats de novembre 2015, « les seuls moments où je n’ai pas eu peur pour les miens [...] ce sont les livres qui me les ont offerts. Lire, c’est trouver la force, chez d’autres, d’avancer encore. »

 

 

 

 

  Discours Vincent Monadé - Voeux CNL 2016