Lire pour le meilleur et le plaisir améliore les résultats en maths

Nicolas Gary - 12.09.2013

Edition - International - lecture plaisir - développement cognitif - illettrisme


Les études se suivent et se ressemblent, inlassablement, sans que pour autant les choses ne changent. L'Institute of Education, IOE, vient de montrer dans une analyse que les enfants qui lisent pour le plaisir sont susceptibles de réussir nettement mieux que les autres élèves dans leurs études. L'organisation britannique dresse ce constat régulièrement dans différents rapports.

 

 

Qiqi Reading 11-24-09 IMG_9901

Stevendepolo, CC BY SA 2.0

 

 

Les docteurs Alice Sullivan et Matt Brown, qui ont conduit l'étude auprès de 6000 jeunes, ont observé les résultats scolaires d'adolescents qui ont été des lecteurs durant l'enfance. Ils ont ensuite passé en revue leurs notes en mathématiques, en vocabulaire et en orthographe. Ces données comparées montrent que ceux qui lisent souvent à l'âge de 10 ans et plus d'une fois par semaine à l'âge de 16 ans, ont des résultats dans les trois domaines qui sont supérieurs à ceux des élèves qui lisent moins régulièrement. 

 

Comme le montrent d'autres analyses, la lecture loisir est un catalyseur important dans le développement cognitif de l'enfant, avec un triple impact - et c'est probablement là la nouveauté de cette étude : le vocabulaire et l'orthographe semblent aller de soi. Mais l'incidence sur les mathématiques était encore assez inédite. « Il est probable qu'une forte capacité à lire permette aux enfants de mieux assimiler et comprendre les nouvelles informations, avec des répercussions dans toutes les matières de leur scolarité. »

 

Toujours selon l'étude, être le second enfant dans une famille a également une incidence sur les résultats scolaires, notamment sur la question du vocabulaire. Les chercheurs suggèrent alors que l'aîné a passé plus de temps avec ses parents, à les entendre lui parler - avec l'opportunité donc de développer un champ lexical plus important. 

 

« On s'inquiète de ce que le plaisir de lire chez les jeunes décline. On pourrait trouver différentes explications, y compris le temps passé à des activités organisées, au plus grand nombre de devoirs, mais également les périodes que l'on passe sur internet », explique le scientifique. Les nouvelles technologies, comme les lecteurs ebook, peuvent offrir un plus grand accès aux livres et aux journaux, souligne-t-il. « Il est important que les politiques gouvernementales soutiennent et encouragent la lecture des enfants, en particulier durant leur adolescence. »

 

Mais les enfants ne sont pas les seuls ciblés. Le développement de l'alphabétisation chez les adultes joue un rôle important dans le développement cognitif des enfants. En améliorant les compétences des premiers, les seconds auraient nettement moins de problèmes en lecture. À l'heure actuelle, on constate que l'illettrisme est estimé à 15 % des adultes en Grande-Bretagne. Améliorer le taux d'alphabétisation des adultes pourrait améliorer significativement les résultats d'apprentissage des enfants, conclut le chercheur.