Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Lisez.com : la plateforme globale des éditeurs de littérature d'Editis

Victor De Sepausy - 26.07.2017

Edition - Les maisons - plateforme éditeurs littérature - éditeurs littéraires Editis - réseaux sociaux Editis


Le modèle existe depuis plusieurs années chez Hachette, avec la plateforme Myboox, qui deviendra prochainement hachette.fr, un nouveau repositionnement. Editis, le deuxième groupe d’édition en France, s’est vu imposer par son propriétaire, le groupe espagnol Planeta, de suivre le mouvement. 



 

 

Début 2010, Planeta inaugurait en effet Planeta de Libros, sa plateforme maison, soit très peu de temps après le lancement par Hachette Livre de MyBoox, opéré en décembre 2009. L’objectif du site espagnol est aujourd’hui limpide : servir de lieu de rencontre entre auteurs et lecteurs, avec la participation escomptée de ces derniers. 


Planeta de Libro référence l’ensemble des catalogues des maisons du groupe Planeta en Espagne, tout en cherchant à préserver l’identité de chacun. Bien entendu, l’offre y demeure conscrite aux seules maisons de la société, créant ainsi un manque dans l’offre globale. Mais on est plutôt ici en présence d’un réseau de livres, proposés au lecteur — attendu qu’un référencement global est hors de propos.

 

Pour attirer le chaland, Planeta de Libros propose de pouvoir — entre autres — commenter et voter pour des ouvrages, prendre part à des échanges dans les forums, et assister à des rencontres avec les écrivains. En outre, une newsletter est expédiée, recensant les différentes nouveautés parues.

 

Lisez.com, plus qu’un conseil, une injonction ?

 

Confié à la Sogedif, filiale du groupe Editis, la plateforme Lisez.com reste encore très confidentielle. Seule une première présentation, très corporate, a été réalisée, le mois dernier, à destination des salariés du groupe. L’approche est très simple : faire en sorte que Lisez.com se substitue à l’ensemble des sites du groupe, y précise Marie-Pierre Sangouard, directrice de la stratégie digitale et marketing. 

 

Ainsi, seules les marques les plus fortes resteront totalement indépendantes, à savoir Lonely Planet, Les Nuls et Nathan. Elles disposeront toutefois de la présence de leurs catalogues sur Lisez.com. 

 

Pour expliquer cette décision, on avance que des contraintes de licences se posent — dans le cas de Lonely Planet, la marque appartient à NC2 Media, qui l’a rachetée en 2013 à la BBC. C’est également le cas de Pour les Nuls, ou For Dummies, qui appartient à l’Américain IDG Books/Hungry Minds. En revanche, pour Nathan, les choses sont un peu différentes : l’éditeur dispose de services et d’un lectorat spécifiques.

 

Toutes les maisons littéraires se retrouveront ainsi sous le grand chapiteau de Lisez.com, à travers les différents pôles littéraires, Edi8, Place des Éditeurs, le groupe Robert Laffont, ou encore Univers Poche, et d’autres maisons (Cherche Midi, La Découverte, Sonatine, ou encore XO éditions). Le scolaire ? Eh bien, pour Bordas, ou encore le dictionnaire Le Robert, pas plus de précisions. 

 

Évidemment, regrouper les maisons et leurs ouvrages implique tout à la fois un marketing digital autour des nouveautés, mais également le travail du fonds. Depuis fin 2016 que les maisons impliquées travaillent, les questions n’ont pas manqué : l’une d’entre elles, cruciales, comment faire coexister Grand Format et Poche, sans que le second ne cannibalise l’attention portée au premier. Et bien d’autres, évidemment.

 

« L’ambition étant de mettre en valeur chaque maison tout en proposant une interface fluide pour les lecteurs, une navigation optimisée pour le mobile et un back-office pour les éditeurs », précise Aurélie Benoît-Gonin, responsable marketing digital, qui a la charge de Lisez.com. 

 

De son côté, Planeta, qui a poussé ce projet, apporterait ses années d’expertise, assure Marie-Pierre Sangouard. « Nous sommes très confiants, notre démarche s’inscrit dans un mouvement global de l’édition. De nombreux éditeurs à l’étranger proposent déjà une stratégie de mutualisation de sites, élément clé de la mise en place d’une relation plus personnalisée avec les lecteurs », affirme-t-elle.

 

Rendez-vous en fin d’année

 

Si la réussite de Planet de Libros fait légitimement des envieux, le passé a montré que les regroupements de groupes d’éditeurs ne fait pas recette. Le cas de Bookish, fondé par Hachette Book Group, Penguin Book Group et Simon & Schuster avait ainsi généreusement vécu entre 2013 et 2014. 

 

Autre point à prendre en compte : la domination de Planeta en Espagne, qui explique largement sa réussite — d’autant que le groupe lui-même jongle avec les médias, la presse. C’était d’ailleurs le 10e plus grand groupe mondial d’édition en 2012… dernière Hachette et McGraw-Hill Education. 

 

Quel avenir alors pour Lisez.com ? Eh bien, le cas de MyBoox a pu assurément servir à orienter les choix. En offrant des approches thématiques, par auteurs, par marques éditoriales, ou encore par genre et par maison, Lisez.com opte pour une multitude de portes d’entrée. Trop ? Toute la difficulté était, nous assurait-on, de parvenir à équilibrer la présence de chacune des publications, et offrir une visibilité égale — sans favoriser outrancièrement tel ou tel. Pas simple. Et quid du grand projet Place des lecteurs ? 

La question des réseaux sociaux sera également cruciale : logiquement, aucune page Facebook, fil Twitter ou Instagram et consorts ne devrait disparaître au profit de Lisez.com. Notons d’ailleurs qu’à cette heure, aucun réseau social n’est encore créé pour Lisez.com. L’activité de community manager autour de cette plateforme n’en sera toutefois que des plus complexes : avec des dizaines de maisons aux catalogues allant des geekeries de 404 Éditions à l’histoire chez Plon, le grand écart est garanti.
 

Espagne : l'ebook toujours en phase de décollage, selon Planeta


Le site sortira fin 2017, et déjà, certains se demandent « à quand la disparition des maisons elles-mêmes, une fois fondues dans un site internet » ? Nous reviendrons bien entendu, plus en profondeur, sur ce projet.

 

Lecteurs, communauté et réseaux sociaux : promouvoir le livre