Lisez solidaire : quand le livre vient en aide aux exilés et réfugiés

Nicolas Gary - 03.10.2018

Edition - Les maisons - campagne lisez solidaire - librairie animation catalogue - exilés apprentissage langue


Fort de deux premières opérations menées en avril et octobre 2017, le CDE initie une nouvelle campagne : Lisez solidaire. La structure de diffusion avait précédemment inité ses actions autour de Lire, penser, résister puis Lire, penser, imaginer. Cette fois, la solidarité s’ajoute, avec un engagement économique.




 

« Il s’agit d’une sélection de 80 titres, sélection opérée avec les éditeurs, parmi 21 catalogues de maisons diffusées par le CDE. Ces titres mettent en avant les minorités, quelles qu’elles soient », explique Adrien Servières, animateur des fonds éditoriaux pour la structure.

 

« Il est donc question de migrations, de féminisme, de racisme, de déclassement social et de la notion du vivre ensemble. » Cette sélection est ainsi présentée aux librairies, dans le but d’aider à constituer des tables thématiques, et d’aider à l’animation des catalogues – puisant dans les nouveautés comme dans le fonds.

 

Pour accompagner les sélections, affiches (A2) et badges (lots de 20) ont été produits pour que les boutiques puissent également mettre en scène les ouvrages. 

 

« Pour les libraires du deuxième niveau (diffusion FED), nous avons ajouté des titres diffusés par Gallimard (collections Blanche, Du monde entier, Folio, Verticales, Joëlle Losfeld, etc.) », poursuit Adrien Servières. « Les libraires du deuxième niveau ayant un seul représentant pour tous ces catalogues, nous avons jugé important d’élargir l’offre pour eux. »

 

Marquer un engagement pour les exilés
 

Mais cet investissement thématique aurait été bancal sans un supplément d’âme. Les éditeurs, ainsi que le CDE (et FDE avec eux) ont choisi de reverser directement 40 centimes par ouvrage vendu. Les montants collectés seront attribués à l’association Français Langue d’Accueil. « Ce sont bien les éditeurs et diffuseurs qui reversent ces 40 centimes, non les libraires », souligne AdrienServières.

 

Le CDE propose un outil pour animer
les fonds des librairies, ApLI

 

Cette dernière œuvre à l’intégration à travers l’apprentissage linguistique : elle est montée en 2010 par trois femmes que la détresse des exilés dormant dans les parcs, sous les ponts du Canal Saint-Martin ou entre les gares de l’Est et du Nord va émouvoir. Elles sont enseignante à la retraite, consultante internationale et traductrice. 
 


 

Aujourd’hui, près de 700 demandeurs d’asile et réfugiés suivent les ateliers de français qu’animent des bénévoles dans une quinzaine de salles. Au cœur de son action, l’enseignement de la langue tant écrite qu’orale, pour favoriser l’intégration des exilés. Elle dispense également des cours de théâtre, organise des événements culturels. (plus d’informations)

 

 

 

 

Pour accompagner l’opération, le CDE a monté une page Facebook : à compter de ce 4 octobre, et jusqu’à la fin du mois de décembre, Lisez solidaire sera animée. Plusieurs libraires sont déjà engagés, et une vingtaine de commandes a déjà été passée.

 

La lecture est un moyen d’appréhender les singularités, les espaces inconnus, les diversités. De s’approprier ce qui est étranger, de faire connaissance avec les minorités engagées, combatives ou résignées. C’est dans cet esprit que les éditeurs et le cde ont souhaité proposer aux lecteurs d’apprivoiser ces invisibles pour contribuer, peut-être, à les rendre un peu plus identifiables.
Pour aller au bout de cet engagement, le cde et chacun des éditeurs participant à l’opération « Lisez solidaire » verseront à l’association Français Langue d’Accueil quarante centimes d’euros par livre vendu. Démontrons encore une fois ensemble le pouvoir des livres sur l’évolution de notre société.

Karima Gamgit, Directrice générale du CDE

 

 

Parmi les ouvrages de la sélection, on retrouve Toni Morrison (L’origine des autres, trad. Christine Laferrière, Ed. Christian Bourgois), Abdelaziz Baraka Sakin (Le Messie du Darfour, trad. de l’arabe [Soudan] par Xavier Luffin, Ed. Zulma) ou Raphaël Pitti (Va où l’humanité te porte, Ed. Taillandier) ou Virginia Woolf (Un lieu à soi, trad. Marie Darrieussecq, Ed. Denoël).

 

La liste complète (FDE) est proposée ci-dessous. Pour le reste, on laissera la solidarité s’exprimer.

 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.