Littérature et journalisme : Christine Angot ouvre le festival Le livre à Metz

Claire Darfeuille - 22.04.2016

Edition - Société - Christine Angot - journalisme littérature - festival Metz


Le Festival Le Livre à Metz, littérature et journalisme a débuté jeudi 21 avril avec une lecture de Un amour impossible par son auteur, Christine Angot. Cette 29e édition rassemble, jusqu’au dimanche 24 avril, écrivains et journalistes autour de la thématique « Bas les masques ! », des dévoilements furtifs aux grandes révélations…

 

Christine Angot au Festival Le Livre à Metz 2016

 

 

« C’est un festival original à la confluence de deux mondes qui n’ont pas de frontières, la littérature et le journalisme », estime Olivier Weber, grand reporter et écrivain voyageur, qui est, avec Joy Sorman, conseiller littéraire de cette 29e édition intitulée « Bas les masques ! ».

 

Pour répondre à cette injonction, les 200 invités du festival — romanciers, journalistes, essayistes, photographes, dessinateurs — sont conviés à de multiples tables rondes en lien avec la recherche de la vérité sous toutes ses formes et dans tous les styles. Journalisme d’investigation ou enquêtes littéraires, même combat ! Tous deux ont à cœur de lever les masques pour rendre compte du réel.

 

Seront ainsi évoqués les « secrets de l’Histoire », « la face cachée des migrations », « les économies souterraines », « les nouveaux défis de la presse à l’heure des lanceurs d’alerte », « les coulisses des stades », mais aussi « les impostures littéraires célèbres » et autres travestissements de la réalité. De grandes figures de la littérature et du journalisme sont aussi à l’honneur, notamment Victor Hugo et Joseph Kessel, dont les manuscrits originaux donnent lieu à une exposition.

 

L’ouverture du festival a été confiée à Christine Angot. Seule en scène dans la grande salle de l’Esplanade, l’écrivain a donné lecture, devant un public majoritairement féminin, de son dernier roman. L’histoire d’Un amour impossible (Flammarion, 2015), celui de ses parents issus de classes sociales différentes et visiblement inconciliables…

 

 

 

À suivre, une série de grands entretiens avec Tahar Ben Jelloun, Jean-Claude Carrière, Mathias Enard, Didier Daeninckx, Edwy Plenel, des rencontres, lectures, spectacles, expositions, un « goûter radio » d’Arte et autres « apéro-philo », et sous le chapiteau de la place de la République, de nombreux auteurs en dédicace, autant d’occasions de débats et d’échanges à visage découvert.

 

Le programme complet de ce festival — entièrement gratuit et ouvert à tous —, c’est ici.