Littérature financière : la nécessaire éducation économique

Clément Solym - 09.12.2010

Edition - Les maisons - finances - economie - connaissance


Pas besoin d'avoir la mémoire bien longue : l'année 2010 fut écrasante de publications sur le thème des économies, de l'argent, comment le conserver, comment ne pas le dépenser trop bêtement... Toute une littérature financière, qui est devenue un délicat problème...

Si le grand public a bien besoin d'une meilleure connaissance des enjeux boursiers et bancaires, cette campagne d'alphabétisation numérique présente tout de même des limites fortes. Ira Rheingold, de la National Association of Consumer Advocates, aux États-Unis pose un problème clair : « Je ne pense pas que les programmes de 'littérature financière' vont réellement résoudre l'ensemble de nos problèmes. »

En fait, notre société pousse à l'achat, à la consommation, c'est bien pour cela qu'elle se nomme société de consommation, non ? Bon. Donc, cette mentalité invitant à sortir sa carte bleue pour un oui ou un non, ne pourra pas être renversée par des ouvrages, si intéressants soient-ils sur les problématiques économiques.

S'il est forcément bon d'être informé sur les mauvais et moins mauvais choix à faire, on ne trouve cependant pas que des ouvrages réellement pertinents sur le sujet, estime-t-elle. En outre, chat échaudé craint l'eau froide, et difficile de se tourner vers le gouvernement et ses conseils dans les livres, lorsque l'on constate combien la crédibilité a été abîmée au cours des mois passés.

Et ces ouvrages qui encouragent à faire confiance aux programmes gouvernementaux sont plus facilement critiqués et suspectés par le public américain.

Pour le moment, difficile de se rendre compte de l'incidence que la vague de publications a pu avoir sur le grand public - pas vraiment sur les amateurs éclairés. Quelques programmes éducatifs ont été mis en place, mais là encore, les preuves de leur efficience restent très minces. L'organisme JumpStart Coalition for Personal Financial Literacy, à but non lucratif, tente, depuis Washington, de donner des lignes directrices et autres, en établissant des listes d'ouvrages d'où sont éliminés ceux qui ne sont pas purement informatifs.

Mais la route est encore longue.