medias

Littérature jeunesse : Martin Amis se la joue François Busnel

Clément Solym - 11.02.2011

Edition - Société - litterature - jeunesse - martin


Il l'avait avoué avec la bonne foi et l'innocence de l'homme sûr de son propos : François Busnel n'a rien contre la littérature jeunesse, mais il n'y voyait, au mieux qu'une « invention marketing destinée à écouler une production souvent mièvre et à soutenir des maisons en mal de chiffre d'affaires ». (notre actualitté)

Évidemment, le directeur de la rédaction s'était fait vertement houspiller, comme en attestent les réactions publiées suite à l'article, et n'avait pas souhaité nous répondre. Et pour cause.

Dégâts littéraires collatéraux

Un autre qui ne nous répondra pas, mais vient de jeter son petit pavé au visage d'un Roald Dahl et consorts, c'est Martin Amis. Dans le Guardian, ce dernier estime tout simplement qu'il faudrait qu'il soit débile [NdR : brain injury] pour écrire de la littérature jeunesse. Un magnifique plaidoyer, alors que des auteurs de renom comme John Grisham se sont lancés dans une littérature pour préado, avec des héros de 13 ans. (notre actualitté)

Selon Martin, toute fiction implique une liberté, pour laquelle la moindre restrictions lui semble intolérable, et que personne ne pourrait le contraindre à écrire dans un genre moindre [NdR : lower register] que celui dans lequel il a l'habitude d'officier. Pour sûr, Arthur !

Mais à l'instar des réactions nombreuses suscitées par l'intervention de François Busnel, celle de Martin n'a pas manqué de provoquer un tollé chez les auteurs jeunesse, qui se sont sentis largement insultés par des propos d'une fameuse arrogance. Rendons justice à François : lui n'était pas arrogant, au moins. Son propos fleurait simplement bon  l'arrivisme patenté.

Une intervention de plus de la part de Martin, destinée à provoquer la polémique, et qui n'a rien de vraiment pertinent. Habitué de ce genre de méthode, Martin avait déjà fait des remous en 2006, lors de la sortie de son livre The Pregnant Widow, en évoquant les musulmans ou encore lors de la sortie d'un livre de Katie Price, en assurant que finalement, « ce que nous adorons tous vraiment, ce sont ces deux sacs de silicone ».

Il est vrai que la qualité littéraire des oeuvres de Katie...



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.