Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Livre au Québec : la chaîne Costco privé de Cyniques rit jaune

Nicolas Gary - 27.11.2013

Edition - International - philosophes cyniques - editions Tryptique - Costco


De même qu'Amazon focalise l'attention des librairies en France, la société Costco semble cristalliser les inquiétudes des professionnels du livre au Québec. Alors que le mouvement Sauvons les livres a connu un point d'orgue durant le Salon du livre de Montréal, les éditions Tryptique viennent d'apporter leur pierre à l'édifice.

 

 

Comme Diogène à Alexandre, réponse de Tryptique à Costco : écarte-toi de mon soleil

 

 

La protestation des professionnels vient de ce que leur demande d'une législation instaurant un prix unique au Québec tarde à trouver écho auprès du ministère de la Culture. Maka Kotto, le ministre, a assuré de son désir de parvenir à une solution, mais invoque également le fait que la décision ne dépend pas de son seul ministère. En attendant qu'une résolution se dessine, les professionnels réagissent.

 

Ainsi, les éditions Tryptique affirment avoir refusé à la chaîne Costco la commercialisation d'exemplaires du livre Les Cyniques. Le rire de la révolution tranquille. La société souhaitait les proposer « à prix réduit en grande surface », demande rejetée par l'éditeur

 

« En appuyant le mouvement Sauvons les livres mis en place par les libraires, les éditeurs et les auteurs du Québec, les Éditions Triptyque souhaitent montrer l'urgence de s'entendre sur un projet de loi visant à réglementer le prix du livre les neuf premiers mois suivant sa sortie en librairie », ajoute la maison. 

 

Le livre, proposé en librairie depuis le 7 novembre est une anthologie dirigée par Lucie Joubert et Robert Aird, avec la collaboration de Marc Laurendeau et d'André Dubois. Or, dans les librairies, cet ouvrage connaîtrait « un franc succès », promet l'éditeur. 

 

Il « présente en première partie près d'une centaine de sketchs accompagnés d'une mise en contexte historique et sociale. Composée de sept études, la deuxième partie du livre met en relief l'intelligence et l'audace de ceux qui, encore étudiants à l'époque, furent des acteurs importants d'une société en pleine mutation ». 

 

Bien entendu, ce refus de la maison ne va pas sans rappeler que, quelques semaines plus tôt, la maison Leméac Editeur, et son auteur, Michel Tremblay, ont refusé la commercialisation dans ces mêmes boutiques de Costco. Le livre Les clefs du Paradise ne se retrouverait donc pas dans la grande surface à prix cassé. 

 

 Dans le cas de Michel Tremblay, un accord entre l'éditeur et la chaîne stipule qu'il doit s'écouler un mois avant qu'un livre considéré "grand vendeur" se retrouve sur les étalages du géant américain. Costco a exigé de Leméac que l'ouvrage de Michel Tremblay déroge à cette règle afin qu'il puisse l'avoir en même temps que les librairies conventionnelles. Leméac et Michel Tremblay ont donc refusé de se plier à ces demandes qu'ils jugeaient nocives pour les librairies, "perdant" ainsi 6000 ventes.

 

 « Costco ne lutte pas contre l'illettrisme en pratiquant ces remises : ce n'est pas avec un argument financier que l'on lutte contre les difficultés d'apprentissage de la lecture », dénonçait alors Élodie Comtois, porte-parole du mouvement Sauvons les livres.