Livre contre internet : l'Appel des 451, 'erroné dans ses conclusions'

Clément Solym - 07.09.2012

Edition - Société - marchandisation - culture - chaîne du livre


Voilà deux semaines, nous faisions état de l'Appel des 451, sorte de conglomérat de professionnels, réunis par le voeu de fédérer l'interprofession du livre. Son propos en est fort : « L'industrie du livre vit en grande partie grâce à la précarité qu'acceptent nombre de ses travailleurs, par nécessité, passion ou engagement politique. Pendant que ceux-ci s'efforcent de diffuser des idées ou des images susceptibles de décaler nos points de vue sur le monde, d'autres ont bien compris que le livre est surtout une marchandise avec laquelle il est possible d'engranger des profits conséquents. » 

 

Le Monde, deux semaines plus tard, vient de publier le texte-plaidoyer, Le livre face au piège de la marchandisation, signé de Giorgio Agamben, philosophe, Michel Butel, écrivain, Maurice Nadeau, éditeur. ActuaLitté propose à son tour une réponse aux 451 qui ont tourné trop rapidement leurs doigts autour du clavier avant de jeter cet appel aux foules. Un billet repris du blog de Rémi Mathis, A la Toison d'or.

 

 

 

 

Réponse à M. Agamben, et à ses amis

 

Monsieur, Messieurs, Mesdames,

 

Vous nous informez par l'intermédiaire d'une tribune dans le journal Le Monde signée par 137 personnes qu'un « collectif des 451 professionnels de la chaîne des métiers du livre » se réunit pour parler de leurs problèmes professionnels. Saine réaction, il ne faut pas garder cela pour soi. Même si les 314 personnes qui participent à vos réunions, mais n'ont pas signé font encore preuve de timidité.

Je suis heureux de lire des textes sur ces problématiques, car elles me touchent assez directement. Je suis auteur ; en tant que rédacteur en chef d'une revue, j'édite des textes ; en tant que bibliothécaire, je les diffuse.

 

J'ai hélas le malheur d'être aussi assez impliqué dans le monde de l'internet. Tout simplement parce c'est un moyen, sans doute le meilleur actuellement, de diffuser cette qualité que vous réclamez.

Mais n'allons pas trop vite et essayons de reprendre votre propos afin de bien le comprendre. Et ce ne sera pas forcément facile.

 

Commençons peut-être par la conclusion afin de savoir où nous allons : « Nous lançons donc un appel à tous ceux et toutes celles qui se sentent concernés à se rencontrer, en vue d'échanger sur nos difficultés et nos besoins, nos envies et nos projets ». Donc, en 2012, vous vous rendez compte que le modèle économique du livre évolue et désirez commencer à y réfléchir. Si on fait abstraction du fait que certains non seulement y réfléchissent depuis 20 ans, mais ont mis en œuvre des modèles économiques extrêmement efficaces depuis 10, c'est une bonne nouvelle. Discutez donc.

 

Pourtant, vous posez de vrais problèmes : « La valeur d'un livre devient donc fonction de ses chiffres de vente et non de son contenu ». En dehors d'une légende dorée de la littérature, cela a toujours plus ou moins été le cas, mais ce n'est pas faux. Et on peut en effet le regretter.

 

Cela demande cependant à être nuancé. D'abord, car la qualité demeure un modèle économique. Pas le seul : la médiocrité se vend très bien comme elle s'est toujours vendue. De même que des « produits » ni bons ni mauvais, mais divertissants : pas de mal à cela. La qualité est donc un des modèles économiques de l'édition. Entre les aides du CNL et la présence d'éditeurs extrêmement pointus (dans mon milieu Droz, Jérôme Millon, etc.), il est possible de publier de la qualité, et possible aux éditeurs d'en vivre. Mon dernier livre est une analyse et une édition de la correspondance entre un ministre du XVIIe siècle et son père janséniste retiré du monde. Pas de quoi faire bander un marketeux ni l'agent de Christine Angot. Mais publié. Disponible.

 

Pour vous, en revanche, visiblement, le numérique s'oppose directement à la qualité, sans qu'on sache trop bien pour quelle raison vous assimilez nouveau support et « déferlement publicitaire, exploitation salariale et diversité du monopole ». Vous pensez qu'il n'y a nulle différence « entre l'écran et la grande surface ».

 

Ce discours, on nous le ressasse depuis 20 ans désormais dans le monde de la Culture. Je suis jeune il est vrai, mais depuis que je suis ado, je n'entends que lui. Vous me permettrez donc de ne pas répondre à pareil discours : faites votre boulot en construisant une bibliographie avant de prendre la parole. Vous me permettrez juste de rappeler, que pendant que vous vous plaigniez, certains ont agi et ont créé revues.org, persée, publienet, PLoS. Je ne parle pas de Wikipédia, puisque c'est sans doute, ce que vous appelez du haut de vos méprisantes certitudes « pseudo-démocratisation de la culture, qui continue de se faire par le bas, et se réduit à l'appauvrissement et l'uniformisation des idées et des imaginaires ». Mais il est des centaines d'autres sites qui ont révolutionné en quelques années la diffusion de la connaissance et ont permis, pour certains, de contourner l'arbitraire d'intermédiaires persuadés d'être très importants, pour enfin permettre au plus grand nombre de se cultiver et d'apprendre.

 

Vous posez assurément de vraies questions et vos valeurs ne sont même peut-être pas toujours si éloignées des miennes. Mais vos réponses laissent à penser que vous n'êtes plus de ce monde. Que vous ne le comprenez plus. Un texte tel que celui-ci fera esquisser un sourire plein de compassion à n'importe quel politique.


Vous restez sur des schémas vieux de 50 ans : la chaîne du livre, dont vous vous réclamez, on ne l'a pas beaucoup entendue quand la loi sur les livres indisponibles a privatisé au profit des éditeurs ce qui aurait pu appartenir à tous, géré pour le seul intérêt commun. Quand osera-t-on publiquement avouer que cela fait (au bas mot) 20 ans que la « chaîne du livre » prétendument solidaire et tournée vers le même but, n'existe plus ? On a seulement entendu protester les bibliothécaires, par l'intermédiaire de l'IABD. Pas étonnant qu'ils ne soient que 4 (dont deux magasiniers et deux collègues que je n'ai jamais eu l'honneur de croiser ni de connaître) à signer votre manifeste flou dans ses idées, confus dans sa mise en œuvre et erroné dans ses conclusions.


À l'inverse, le fait que vos difficultés coïncident avec la montée d'internet fait que vous pensez que l'un est responsable de l'autre… alors même que c'est internet qui permettra de conserver la qualité de la production et le temps de la réflexion, en tant que média libre et non soumis aux impératifs financiers.

Aussi, si votre seul but est de nous rappeler que c'était mieux avant et qu'il faut revenir aux modèles de votre jeunesse ; si vous pensez qu'une action crédible et efficace pour faire évoluer les choses afin de toujours permettre la création et la diffusion du meilleur soit d'appeler dans une tribune du Monde « à se rencontrer, en vue d'échanger sur nos difficultés », je crains que cela soit perdu d'avance.

 

Mais, en revanche, venez sur Internet un jour. Vous verrez qu'on y invente plein de choses. Que s'y retrouvent certaines de personnes les plus intelligentes et novatrices que je connaisse. Que les idées fusent. Qu'on envisage l'avenir sans naïveté, mais avec confiance. La confiance de ceux qui pensent avoir leur rôle à jouer dans l'édification de cet avenir et être capable de faire en sorte qu'y demeurent des îlots dédiés à la connaissance. Et nous, on le fait pour le plaisir et par altruisme, pas pour devenir l'intellectuel à la mode qui vend des livres sur tout. Venez sur Internet, M. Agamben. On a tout ce que vous cherchez. Et, en plus, on a des cookies et des petits chats.