medias

Livre moi : l'Amazon marocain mise uniquement sur le livre

Louis Mallié - 11.03.2014

Edition - International - Livre moi - Maroc - Matthieu Malan


« L'accès à la culture, c'est une question d'offre et de demande. Il suffit de mettre plus de livres à disposition des gens et ils s'y intéresseront » confie Matthieu Malan, le fondateur du site Livremoi.ma. Fondé en décembre 2008, le site a le même principe de fonctionnement que celui d'Amazon, à ceci près qu'il est spécialisé dans les livres. Le développeur a souhaité profiter de l'introduction des cartes de paiement sur Internet, depuis 2009. 

 

 

 

 

 

Celui-ci souhaite faire profiter la société marocaine d'un nouvel accès à la culture :  « Dans une librairie type Fnac, on peut trouver 200 000 références, alors que l'on peut absolument tout trouver sur Internet ».  Il rappelle également que dans le cadre de la recherche d'un livre spécialisé, le web est devenu un outil absolument indispensable. Aujourd'hui le site propose également partitions et CD, ainsi que de nombreux ouvrages pour l'enseignement musical. 

 

Pour autant, la vente par internet n'est pas encore chose acquise au Maroc. Pour les lecteurs, il s'agit de se familiariser avec un outil nouveau. « Ici,  les gens ont encore peur des achats sur Internet. Ils préfèrent voir les gens en face et payer en cash » précise l'auto-entrepreneur. Il refuse d'ailleurs de voir l'essor des ventes sur internet comme l'ennemi des librairies de proximité : pensant les deux instances complémentaires, il a même ouvert un showroom à Casablanca. « La confiance est très importante. Certaines personnes commencent par acheter des livres au showroom, et après, quand elles nous connaissent, osent commander via internet ».

 

Outre les livres en format papier la librairie propose de nombreux ouvrages en version numérique.  Certains sont même gratuits. Nouvelle alternative à l'édition traditionnelle, ils permettent au site de faire découvrir des auteurs jamais édités. Moins coûteuses que les iPad, les lecteurs ebook Kindle et Kobo se répandent dans la société marocaine en dépit  des craintes du milieu littéraire. « La numérisation permet d'en finir avec la logistique et de faire baisser le prix des livres. Aujourd'hui, ils coûtent 80% du prix du livre papier », continue le fondateur du site qui aimerait faire mieux connaître aux Marocains cette option.

 

Selon lui, les éditeurs marocains n'ont pas encore opté pour une position commune face au numérique : « Certains sortent le livre en version numérique, puis en version papier. D'autres font le contraire. Certains éditeurs mettent à disposition des extraits du livre sur Internet avant la sortie officielle, etc. Chacun y va de ses expérimentations avec le numérique », conclut Matthieu Malan.