medias

Livre numérique : l'enquête de M6 dont personne n'avait besoin

Clément Solym - 20.02.2012

Edition - Société - reportage - capital - M6


On peut avoir des idées et des positions contraires à l'ordre établi, certaines pratiques relèvent tout bonnement du scandale. Toute l'édition devait hier se trouver devant le petit écran, pour découvrir ce que l'équipe de Capital avait retenu de l'édition et de l'essor du livre numérique. Du ni fait, ni à faire...

 

C'est pourtant un sujet intéressant qui se présentait à l'équipe de M6. Mais dans le rendu, les avis recueillis par ActuaLitté sont clairs : consternant, navrant et plus encore. « Tous les thèmes sont abordés de ce qui fait aujourd'hui notre quotidien, mais leur traitement est tout bonnement scandaleux », nous explique un éditeur. 

 

C'est que l'équipe de Capital est classée dans la catégorie journalisme d'investigation, aussi personne n'a de droits de regard sur leur travail, et moins encore sur le reportage qui en découlera, nous précise-t-on. Pour les intervenants, il faut donc prendre garde à tout ce qui est dit, et serrer les dents, voire tourner septante fois sa langue dans sa bouche avant de parler...

 

 

 

« Pour un professionnel, c'est simple : ce reportage est truffé d'erreurs factuelles. Le fameux spécialiste de la mise en forme des livres pour l'imprimé et le numérique qui est présenté ne compte pas vraiment parmi les plus efficaces du marché. Évidemment, le grand public est sensibilisé, mais si c'est pour le faire avec des informations erronées, on ne comprend pas vraiment l'intérêt », nous explique une autre maison.

 

Même Amazon, manifestement, n'a pas eu de droit de regard sur ce qui a été retenu des prises effectuées par l'équipe. « Ce n'est pas compliqué : vu comment ils ont piégé Lafourchette.com en caméra cachée, on comprend bien leurs manières de faire », déplore un autre éditeur.

 

Des réactions que ActuaLitté n'a d'ailleurs pas spécialement reçues de grandes maisons, mais bien plus de petits éditeurs, éloignés des logiques de groupe ou des intérêts financiers des GalliGraSeuil. Bien entendu, personne ne souhaite s'exprimer à découvert, mais les commentaires sont unanimes.

 

Factuellement... désespérant

 

Autre aberration, les fameux camemberts présentant la répartition des coûts de création d'un livre papier et numérique. La fabrication n'existe donc pas dans le cas d'une version numérique ? Et depuis quand le marketing augmente pour les ebooks, contre le prix du papier ? Bref, là encore, on patauge dans ce qui ressemble à de l'abrutissement de masse(s).

 

Et l'on se retrouve alors avec une personne des éditions Robert Laffont, qui n'est pas décisionnaire, et qui doit répondre de la politique tarifaire de sa maison. Juste avant de faire dire par la voix off que ce silence gêné recouvre une autre réalité. Ainsi, « selon nos informations, il existe des accords entre éditeurs qui protègent le prix du poche, quitte à rendre moins compétitif le livre numérique », annonce tout de go le reportage. 

 

Effectivement, un bel exemple de travail d'investigation. 

 

Il est notoire que toute l'édition tremble parce que l'édition numérique représente une réelle menace pour le livre de poche. Et que la tarification des ebooks pose un sérieux problème, pour ces maisons spécialisées dans ces éditions, qui redoutent que leur économie ne soit cannibalisée.

 

Cependant, à quel moment les journalistes soulignent que Robert Laffont vend les droits du poche justement à une autre maison, et que c'est alors à la maison qu'il conviendrait de s'adresser ? Ou même à la direction d'Editis, qui chapeaute la politique globale ?

 

Regrettable. Et désolant. 

 

Malheureusement, ni Editis, ni Robert Laffont n'étaient disponibles pour commenter.

 

L'émission, truffée de publicités est à cette adresse.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.