Livre : Ruth Cardello décline une offre de contrat à 7 chiffres

Clément Solym - 24.08.2012

Edition - International - Ruth Cardello - Lecture numérique - Autoédition


L'auteure indépendante à succès, Ruth Cardello, a vendu plus de 60.000 exemplaires de ses romances autoéditées. De manière presque prophétique, la série en question s'intitule : Billionnaire. Pourtant, l'on apprend que la mère de famille a dernièrement refusé de signer un juteux contrat avec un éditeur. A l'occasion d'une interview, elle a répondu aux questions de Jeff Rivera, publié sur le site web de l'écrivain primé pour son Forever my Lady.

  

Ruth Cardello était encore il y a peu enseignante en classe de maternelle. Elle ne songeait pas à devenir une référence de l'autoédition parmi les auteurs indépendants. Le succès commercial de sa première série de nouvelles l'a propulsée néanmoins de manière inattendue dans la liste des best-sellers du New York Times. 

 

L'auteure présente tout d'abord sa série Billionnaire à Jeff Rivera : « C'est une lecture d'évasion avec un grand drame, des dialogues amusants et juste assez de sexe pour contenter. Tous mes livres dépeignent des millionnaires confiants, parfois arrogants. » Toutes ces nouvelles sont des aventures bien distinctes, mais reliées entre elles par un même univers. Ruth espère ainsi faire vibrer son lectorat en suscitant tout une palette de sentiments, jusqu'à conclure ses récits sur une fin heureuse.

 

Son prochain livre, qui paraîtra en novembre sera titré Saving the Cheik, et contera une romance du même acabit, mêlant le thème des responsabilités familiales avec une pointe d'exotisme sur le sujet de l'identité culturelle.

 

Suite à son succès littéraire, l'auteure a quitté son métier d'enseignante qu'elle a exercé pendant 20 ans. Elle trouve désormais le temps nécessaire à concilier son activité d'écriture avec sa vie de famille. Il lui semble loin le temps où elle devait se lever tôt le matin pour écrire avant le levé de son fils âgé de 2 ans. Elle se refuse d'écrire le week-end, même si cela lui offre de meilleurs revenus, mais elle souhaite réserver ce temps à ses proches. Elle dit : « Je ne pourrai pas être plus heureuse. »

 

Comme de nombreux auteurs à succès, son premier livre s'est vu refusé par plusieurs maisons d'édition, avant qu'elle ne tente l'aventure de l'autoédition. Son premier ouvrage, mis en ligne gratuitement a été téléchargé 200.000 fois. Elle a alors compris que l'écriture pouvait améliorer sa situation financière. Tandis que son mari s'est remis aux tâches ménagères, Ruth a préparé son second livre qui lui a permis de quitter son emploi. Puis, c'est l'épisode Bedding The Billionaire qui s'est hissé dans la fameuse liste du New York Times.

 

Elle explique : « Les portes se sont ouvertes à ce moment. J'ai reçu tous types d'offres provenant d'interlocuteurs dont je n'aurai jamais rêvé et qui s'intéressent à mon écriture. Même si une offre comportait 7 chiffres, je n'en ai accepté aucune. Jusqu'ici, l'autoédition est la voie qui a le plus de sens à mes yeux. »

 

Tout ce qu'espère l'écrivaine, c'est de pouvoir trouver une maison avec une chambre supplémentaire et avoir assez d'argent pour payer à ses enfants les écoles de leurs choix. 

 

Quand Jeff Rivera lui demande quelle est la clé de sa réussite, Ruth explique qu'elle s'est créé une sorte de technique marketing centrée sur sa sensibilité d'enseignante en maternelle. Elle conseille d'utiliser les réseaux sociaux, d'être aimable, d'être prêt à offrir une part de ses oeuvres gratuitement pour se faire connaître, d'aider les autres. Elle préconise enfin d'accorder de l'attention à ce qu'il se passe ailleurs, de tenter d'innover, de ne pas être trop gourmand et... de travailler dur.