Livrer à pied, avec des légumes ou en “drive-in” : les librairies résistent

Camille Cado - 06.04.2020

Edition - Librairies - librairie initiative confinement - livraison librairie confinement - coronavirus librairie amazon


Considérées comme des « commerces non essentiels », les librairies ont dû fermer leurs portes depuis le 15 mars 2020 conformément aux restrictions gouvernementales. Depuis, plusieurs initiatives ont vu le jour afin de maintenir une certaine activité et ainsi garder un lien avec la clientèle et les lecteurs. Retour sur ces différentes actions, qui en témoignent : l'accès au livre est possible autrement que par Amazon durant le confinement.
 
Librairie Mollat Bordeaux (photo d'illustration, ActuaLitté CC BY SA 2.0)
 

Les mesures prises par le gouvernement pour endiguer la diffusion du coronavirus n’auront pas découragé toutes les librairies. Si elles ont dû baisser le rideau, certains résistent. Avec la conviction que les livres sont nécessaires en ces temps de crise pour s’évader, les commerces proposent des alternatives : les ouvrages se retrouvent dans les mains des lecteurs, tout en respectant les restrictions sanitaires, évidemment.
 

La livraison à domicile standard
 

La livraison à domicile est évidemment le moyen le plus répandu que les librairies ont trouvé pour pallier leur manque d’activité tout en respectant les consignes de sécurité. Parmi les librairies entrées en résistance, on retrouve la librairie L’Encre bleue du côté de Pornic, en Bretagne. Les commandes sont devenues vitales pour cet établissement dont le chiffre d’affaires a été divisé par trois en un mois.

Le concept est simple, il suffit de passer commande par mail. À noter que les librairies indépendantes n’ont plus accès aux réassorts et que seuls les livres en stock pourront être obtenus. Après quoi, le libraire — muni de gants — compose lui-même les colis avant de les déposer à l’adresse indiquée. 

En plus de leurs clients habituels qui ont évidemment répondu favorablement à cette initiative, de nouveaux clients ont également témoigné d’un enthousiasme certain, remarque Yann Laigle auprès de France TV.

 

 


Le covoiturage de colis
 

Des commerçants ont décidé d’unir leur force dans cette période difficile de crise sanitaire. En Lorraine, et plus précisément à Remiremont, la Camionnette des fermiers est un service livraison de produits frais et locaux. En plus de livrer des cagettes de denrées issus des fermes alentours, elle a accepté de livrer les commandes de la librairie « Lire et Écrire » pendant la période du confinement (via Vosges Matin).

Un bel exemple d’entraide entre commerçants et un partenariat permet aux clients de faire d’une pierre deux coups : commander des légumes et fromages locaux en même temps que leurs ouvrages.
 

Coronavirus : où commander
ses livres (en évitant Amazon) ?

 

Les opérations « drive »


Et si l’on faisait avec les livres ce qu’il est maintenant possible de faire avec la plupart des enseignes d’hypermarchés ? Voici l’idée de Lory Massey, gérante de la librairie A Piuma lesta située à Bastia qui a lancé une opération « drive » (via Corse Matin).

Pour ce faire, les clients doivent passer commande sur le site internet de la librairie parmi le stock de livres actuellement disponible. Pour récupérer les commandes en voiture, le magasin fixe des rendez-vous afin de respecter au mieux les distances de sécurité et limiter les contacts physiques.
 

Conseils, coups de cœur : les réseaux sociaux pour maintenir le lien
 

Outre ces différents services, les librairies utilisent également davantage les réseaux sociaux, devenus alors le principal moyen d’entretenir un lien avec les lecteurs. Certains ont même décidé d’exploiter ces plateformes pour conseiller et proposer des coups de cœur à leurs fidèles clients.

En plus d’effectuer la livraison à domicile sur tout le Pays de Retz, la librairie L’Embellie à La Bernerie-en-Retz propose des sélections personnalisées par mail ou par téléphone afin de trouver les ouvrages qui correspondent aux mieux aux attentes des clients parmi les titres stockés dans le magasin.
 

Coronavirus : premières ripostes
des libraires en France


Elle continue également de mettre en place des activités avec ses lecteurs, à distance cette fois. Ainsi, sur Facebook, elle propose des lectures de poèmes, et se fait le relais d’un grand nombre d’ateliers pouvant divertir ses clients confinés.

 

 




Commentaires
Le Mille Feuilles à Bièvres (91) est une librairie-Restaurant-salon de thé. Nous avons dû fermer le 15 février, la veille des élections mais il ne fallait pas perdre ce qu'il y avait dans les frigos : prévenus le samedi soir pour... le samedi soir... De l'impro totale... Alors j'ai continué à assurer de la vente à emporter petits plats faits maison bio et/ou locaux et livres. Avec des conseils par mail, au téléphone, des vidéos, des lectures sur youtube et sur facebook, des photos... et la prise de rendez-vous... On se réinvente et je garde le contact avec mes clients ! Véronique
Bonjour, je suis libraire, employé de librairie pour être plus precis. Ce n'est pas de la Résistance, c'est de la connerie pure et simple. Contourner le confinement pour faire 100 euros de CA, Contourner le confinement au détriment de la santé de plusieurs personnes.

Nous sommes tous inquiets pour nos commerces, déjà largement en difficulté. Nous sommes inquiets de la casse qui va se produire dans les prochains mois sur l'ensemble de la chaîne du livre.

La grande majorité des librairies est fermée. Les libraires continuent d'avoir un lien avec leur clientèle via les réseaux sociaux.

Concentrons nous sur la reprise, reflechissons à faire revenir les gens dans nos magasins dès que possible.

Les lecteurs n'ont pas un besoin viscéral de nouveaux livres, incitons les à relire des textes qu'ils ont chez eux, incitons les à sortir de leur zone de confort, qu'ils lisent les livres des autres personnes présentes dans le foyer.

Le plus grand soutien que nous attendons de leur part c'est qu'ils achètent leurs livres dans nos magasins dès notre réouverture.
Tout à fait d'accord avec Bruno ,

Ce n'est pas de la résistance c'est de l'irresponsabilité !
Je suis libraire. Je suis d'accord avec Bruno. Ouvrir pour trois livres livrés dans la journée, c'est donner des arguments pour le tout livrable, comme... comme...Amazon. Faire croire à terme que le monde est possible en restant confiné de toute relation sociale et physique.
Bien évidemment d'accord avec Bruno, c'est juste de la résistance aux mesures sanitaires de bon sens qui s'imposent à tous.

Et c'est ce qui aurait dû être pointé par la personne ayant rédigé l'article.

Ces articles n'encouragent pas les gens à la prudence et les poussent à faire pression sur leur libraire pour qu'il fasse la même chose.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.