Livres bannis : les auteurs et leurs oeuvres derrière les barreaux

Antoine Oury - 23.09.2013

Edition - Justice - Banned Books Week - écrivains en prison - comics et livres bannis


Aux États-Unis vient de s'ouvrir la Banned Book Week, qui comme l'indique est consacrée aux livres jugés trop sulfureux par les autorités du monde entier pour être librement publiés et diffusés. Le PEN International, qui dispose d'une section réservée à l'observation des actions judiciaires contre les écrivains, attire à cette occasion l'attention sur les auteurs encore sous les verrous à l'heure actuelle.

 

 

Banned Books Display.

San José Library, CC BY-SA 2.0

 


Force est de constater que les infographistes n'ont pas manqué de données : en 2012, le Mexique remporte la palme de l'État le plus virulent vis-à-vis des écrivains et des journalistes, tandis que 10 cas privant un individu de la liberté d'expression ont été recensés aux États-Unis. Iran, Chine, Turquie ou encore Cuba ne se défendent pas trop mal non plus, visiblement, face aux menaces que représentent les textes pour les différents régimes politiques.

 

Un peu ardue au premier abord, l'infographie se révèle particulièrement exhaustive, en présentant pour chaque cas le métier de l'individu menacé, ainsi que la forme que prend la censure, de la mesure de prévention à l'assassinat pur et simple. L'intégralité de l'infographie est disponible à cette adresse.

 

Une autre visualisation de données, relayée par Ebook Friendly, se concentre sur les comics bannis au sein des bibliothèques des États-Unis. Des mesures de répression avec lesquelles les auteurs ont dû composer depuis des années, étant donné le jeune public associé, à tort ou à raison, avec ces publications : Watchmen, Dragon Ball ou Maus se côtoient dans cette infographie colorée, au propos qui l'est un peu moins...