Livres comme l'air fêtera sa 10e édition le 20 novembre

Clément Solym - 12.11.2009

Edition - Société - livres - air - jumelage


La manifestation « Livres comme l'air » va fêter cette année son dixième anniversaire. Un communiqué rappelle que « le projet Livres comme l’Air vise à sensibiliser le grand public et les autorités gouvernementales aux persécutions dont sont victimes, à travers le monde, de nombreux écrivains, journalistes, éditeurs et traducteurs, à cause de leurs opinions ».

Pour ce faire, une sorte de « jumelage » est établi entre un écrivain québécois et un écrivain emprisonné. Pour rendre ce jumelage public chacun des écrivains québécois dédicace un de ses livres à un écrivain emprisonné. Les dédicaces sont lues par un auteur lors d'une cérémonie.


En 10 éditions 100 jumelages ont été établis entre 100 écrivains québécois et 95 écrivains emprisonnés (cinq de ces écrivains ont été jumelés deux fois). Et dix écrivains ont animé la cérémonie en lisant les dédicaces.

Cette année la cérémonie aura lieu le 20 novembre à 20h30 au Carrefour Desjardins (Montréal) et sera animée par Jean-Claude Germain. Les jumelages 2009 sont les suivants :
  • Michelle Allen à Giles Ji Ungpakorn (Thaïlande)
  • Jean-François Beauchemin à Musaad Suliman Hassan (Égypte)
  • Roxanne Bouchard à Tan Zuoren (Chine)
  • François Charron à Raja Petra Kamaruddin (Malaisie)
  • Andrée Ferretti à Habib Saleh (Syrie)
  • Gilles Jobidon à Chief Ebrima Manneh (Gambie)
  • Monique LaRue à Kunga Tsayang (Tibet)
  • Véronique Marcotte à Trần Khải Thanh Thuỷ (Vietnam)
  • France Théoret à Albert Santiago Du Bouchet Hernandez (Cuba)
  • Jennifer Tremblay à Guo Qizhen (Chine)
Livres comme l'air est organisé par l'Uneq (Union nationale des écrivaines et écrivains québécois), Amnestie Internationale et le PEN international. Ces deux derniers précisent que sur les 95 écrivains prisonniers jumelés depuis 2000 « une vingtaine d’entre eux sont encore en prison ou en résidence surveillée, 11 sont toujours persécutés, 44 ont été libérés même si neuf d’entre eux ont dû fuir en exil ».