Livres érotiques : les médias contre la loi de l'Indiana

Clément Solym - 09.05.2008

Edition - Société - littérature - érotique - Indiana


Les libraires de l'Indiana passeront leur journée au tribunal, c'est déifinitif et clos. Depuis quelque temps, une loi pour le moins insolite souhaite contrôler les établissements qui vendent de la littérature érotique, les voir inscrits dans une liste, mais également les faire payer pour figurer dans ladite liste... sous peine d'amende.

L'American Booksellers Foundation for Free Expression ne voyait pas cette situation d'un bon oeil et la littérature « sexuellement explicite », comme on la désigne, brimée par cette loi qui sera mise en application à compte du 1er juillet.

Media Coalition est donc rentré dans la bataille juridique, et son directeur général David Horowitz, qui a tout bonnement déclaré que cette loi violer le Premier sacro-saint amendement de la Constitution. « Cette nouvelle loi forcerait les commerçants à décider s'ils doivent limiter leur stock de livres, ou accepter de figurer sur une liste étatique les faisant figurer comme vendeurs de livres pour adultes et de surcroît payer une taxe », déclare-t-il.

Rappelons qu'il s'agit de 250 $ pour l'année, et d'une image un peu trop intrusive du gouvernement, selon l'American Civil Liberties Union, qui déclarait : « En Amérique, on ne laisse pas le gouvernement légiférer sur les libraires. »