Livres et télévision : 100 millions $ de contrats offerts à Donald Trump ?

Clément Solym - 12.11.2020

Edition - Economie - DonaldTrump contrat - publication livre Trump - spectacle télévision Trump


Son plus fidèle lieutenant, Mike Pompeo, assurait dernièrement qu’une transition en douceur s’effectuerait pour le second mandat de… Donald Trump. Alors que les chiffres donnent le président américain perdant, ce dernier semble entré dans un déni complet. Mais les éditeurs d’outre-Atlantique ne s’en frottent que plus encore les mains.

Donald Trump


Durant son mandat, les livres — souvent à charge — contre le président des États-Unis, ont fini en best-sellers à une vitesse fulgurante. Source d’inspiration, de critiques et de railleries, le POTUS sortant fait l’objet de toutes les convoitises. Car depuis quelques jours, les rumeurs les plus folles circulent, toute émanant de « sources proches du président ». 

Quand on connait la passion de Trump pour l’infox et la manipulation du réel, on tremble. D’autant que la somme avancée dans la presse devient vertigineuse : 100 millions $ pour des offres de livres et de télévision. En regard, les autobiographies de Barack et Michelle Obama, achetées par Penguin Random House, avaient explosé le box-office avec 60 millions $ d’avance.

Mais quid d’une autobiographie signée par Donald ? Pour l’éditeur, cela reviendrait-il à attraper la queue du Mickey ? Ses derniers écrits remontent à 1987 et le livre The Art of the Deal, publié avec le concours de Tony Schwartz. 

D’ailleurs, Trump avait suggéré que le seul bon livre à lire soit le sien. « Je doute sérieusement que Trump n’ait jamais lu un livre de sa vie d’adulte », nuançait toutefois le ghostwriter. Au fil des années, il avait d’ailleurs désavoué le travail effectué, soulignant que le titre The Sociopath aurait été plus pertinent. Aucune traduction n’est nécessaire…
 

Publier Trump, d'accord, mais qui ?


Maintenant, l’industrie américaine du livre plisse les yeux, et observe avec suspicion ses plus grands groupes. Qui pour sortir les mémoires de Trump ? Les plans sur la comète ne manquent pas : Simon & Schuster, qui dispose d’une filiale très conservatrice, Threshold Editions ? Hachette Book Group, qui par l’intermédiaire de Center Street, filiale non moins conservatrice, avait publié Donald Trump Jr, le fils ? 

D’ailleurs, Daisy Blackwell Hutton, la patronne de la maison avait assuré plus tôt dans la semaine : « De nombreux livres paraîtront au cours des prochaines années sur cette présidence, et le mouvement conservateur, en général. Center Street a résolument l’intention d’être le leader sur ce terrain. »
 
« Ce fut une présidence très controversée et le monde de l’édition new-yorkais ne compte pas le plus grand nombre de fans de Trump », analyse l’agent littéraire Matt Latimer (Javelin). Parmi ses clients, on retiendra l’ancien directeur du FBI James Comey, mais aussi l’ancien conseiller à la sécurité nationale, John Bolton.

« Mais il y a des dizaines de millions d’Américains qui considèrent la présidence Trump comme un moment important et sont fans de son administration. Au moins certains éditeurs le reconnaîtront. » Et ce, bien que Trump soit le premier président à ne réaliser qu’un seul mandat depuis George Bush papa…

Si dans les hautes sphères des différentes directions, on saliverait presque, quid des salariés desdites maisons ? On se souvient que l’année a été marquée par des vents de révolte, quand Simon & Schuster a tenté de publier Milo Yiannopoulos, figure provocatrice d’une vilaine droite. Avant de se rétracter suite à des commentaires sur la pédophilie de l’auteur… De même, pour Hachette, le cas Woody Allen avait engendré une grève du personnel, avec l’annulation de la publication, quelques semaines avant J.K. Rowling, suite à ses commentaires sur les personnes transgenres.

Mais surtout, quel calcul s’effectue actuellement chez les contrôleurs de gestion ? Certes, les ouvrages ayant trait à la famille de Trump et à ses propres dérives, souvent rédigés par d’anciens employés, furent des succès. Mais ils avaient tous en commun de dévoiler les impostures de la Trump Connexion, sans prendre de gants.

Resterait alors à la voie de l’autopublication, choisie justement par Donald Trump Jr en juillet dernier. Mais avec quelques erreurs qu’une maison d’édition digne de ce nom n’aurait pas laissé passer

via Page Six, AP, Guardian

Crédit photo : Gage Skidmore CC BY SA 2.0


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.