Livres sur l'homoparentalité : un élu UMP contre l'achat en bibliothèque

Nicolas Gary - 04.03.2014

Edition - Société - UMP - Tous à poil - Jean-François Copé


Il est président délégué du Parti Chrétien démocrate, et conseiller régional Île-de-France UMP. Franck Margain s'est déjà désolidarisé de NKM pour les élections municipales, et voilà qu'il récidive. C'est que, proche de Christine Boutin, l'humoriste qui sévit sur Twitter, il s'était déjà distingué par une présence dans la Manif pour tous, avec cette perle : « Ne laissons pas une minorité transformer nos institutions, et créer l'enfant "produit". » (Le Monde

 

 

Franck Margain 

 

 

Opposé au projet de loi Famille, porté par Christiane Taubira, il en a remis une couche sur la question de la théorie du genre, déjà largement promue par Jean-François Copé. Le président de l'UMP s'était attaqué au livre Tous à poil, provoquant un tollé dans l'interprofession, autant que dans le grand public. 

 

« Je me suis interrogé comme père de famille, autant que comme homme politique, sur l'orientation de ce livre. Ce qui m'a gêné, c'est le fait que l'on fasse le choix d'utiliser d'abord un mot, "à poil", qui n'est pas le mot le plus adapté pour la langue française pour parler de la nudité. On essaye d'apprendre aux enfants à s'exprimer bien (sic !) », déclarait-il. 

 

Et d'ajouter : « Quand j'ai vu ça, mon sang n'a fait qu'un tour. Ça vient du centre de documentation pédagogique, ça fait partie de la liste des livres recommandés aux enseignants pour faire la classe aux enfants de primaire. »

 

Voilà pour le contexte. En somme, un ouvrage de littérature jeunesse qui n'avait rien demandé à personne, mais qui s'inscrivait dans l'ABCD de l'égalité, prônant une meilleure compréhension entre filles et garçons. Mais ce projet éducatif incarnait toutes les pires dérives selon M. Copé, y compris encourager à la lutte des classes

 

Dans ce contexte, Franck Margain est intervenu sur son blog, pour rappeler sa position, dans la « polémique concernant les livres sur l'homoparentalité dans les sections jeunesse des bibliothèques municipales ». Et sa position est claire : 

Je suis opposé à toute politique d'acquisition de livres jeunesse traitant d'homoparentalité, ou s'inspirant de la théorie du genre, dans les bibliothèques municipales de Paris, l'argent public doit avoir un objectif plus respectueux des très jeunes

 

Opposé, donc, aux nouveaux achats de ces ouvrages, mais s'ils se trouvent déjà dans les établissements, alors il relève de « la responsabilité des parents de veiller sur ce que lisent leurs jeunes enfants ». En effet, « ce sont eux les éducateurs de leurs enfants ». Bien. 

 

C'est vrai que, la position de Christine Boutin, c'était plutôt Tous à voile, alors qu'elle passait à la télévision iranienne...