Loi Lang : 2012 pour une TVA réduite sur l'ebook, c'est trop tard

Clément Solym - 10.01.2011

Edition - Justice - prix - unique - lang


Le MOTif a toujours affirmé sa foi en la loi Lang, qui, depuis 1981 permet de trouver un même livre au même prix, où que l'on se rende pour l'acheter. Une loi qui fut salutaire pour les éditeurs, et eut pour conséquences de préserver la librairie dans le pays.

Alors que cette année, sera célébré le trentenaire de la loi, le MOTif reprend dès à présent la campagne de sensibilisation qui avait débuté en septembre 2009.

Aux armes, etcaectera

À ce titre, le président, Serge Guérin, a publié une tribune. « Vendre des livres est une façon de refuser la marchandisation du monde et de soutenir la rencontre et la confrontation, voire l’expérience érotique du papier dont parle Amos Oz, dans les rayonnages du libraire. Le soutien à la librairie relève bien d’un choix politique. »


Et de conclure : « Nous fêtons les 30 ans de la Loi Lang, qui en contrecarrant le marché a préservé la possibilité du choix, la possibilité de fureter au hasard dans les librairies, ces cathédrales du pluralisme. Bon anniversaire au prix unique, souhaitons pour tous que 2011 soit l’année du prix unique numérique. »

2012, c'est trop tard

De son côté, le directeur, Vincent Monadé publie également quelques réflexions, plus portées sur le devenir du livre, sous sa forme numérique. « La mutation numérique peut être comme la langue d'Ésope la meilleure ou la pire des choses. La meilleure si elle permet l'exploration de territoires nouveaux de la création, l'émergence d'autres façons d'écrire, le retour à la lecture de ceux qui s'en éloignent, une meilleure rémunération de l'ensemble des métiers du livre ; la pire si elle détruit inexorablement la chaîne du livre, la librairie indépendante, l'édition indépendante et, à terme, toute pensée qui ne serait pas formatée par des entreprises comme Google ou Apple. »

Si le directeur du MOTif pressent l'émergence de l'ebook en France pour cette année, le report de la TVA réduite à 2012 lui fait avoir cette réflexion simple, « c'est trop tard ». « Dès cette année, le gouvernement doit prendre toute la mesure des enjeux et protéger les professions du livre, d'autant que s'ouvrent, entre auteurs et éditeurs, des négociations sur les rémunérations qui dépendent, en partie, de la question fiscale. »

Pour compléter l'ensemble, une petite vidéo virale est diffusée par le MOTif.