Loi sur l'avortement au Texas : un dessinateur censuré par la presse

Clément Solym - 12.03.2012

Edition - Société - Garry Trudeau - Loi avortement - Doonsbury


Le dessinateur américain Garry Trudeau, qui tient le comic trip quotidien Doonesbury, a vu l'une de ses cartoons, critiquant une nouvelle loi sur l'avortement au Texas, censuré par de nombreux journaux.

 

Le cartoon qui déplaît tant présente un nouveau personnage de Doonesbury, une femme, qui va se faire avorter et que l'on force à avoir un sonogramme. « Allez-vous asseoir dans la salle de la honte, s'il vous plaît »

 

En effet, la loi, mise en place en début d'année, stipule que les femmes souhaitant se faire avorter dans l'État du Texas devront se soumettre à une échographie et « entendre le cœur du fœtus » dans les 24 h précédent l'opération, dans le but de les dissuader d'avorter, appelons un chat un chat. 

 

 

 

Selon Garry Trudeau, cette loi, impulsée par les républicains, met en place des « conditions préalables onéreuses pour une procédure parfaitement légale » et diminue les fonds disponibles pour les services de santé reproductive consacrés aux grossesses non désirées.

 

« C'est de la folie », a dénoncé le dessinateur dans un email, « et la folie bien sûr, c'est mon créneau ». Une douzaine de journaux sont allés consulter le syndicat derrière Doonesbury, Universal Uclick, pour savoir si une alternative était possible, selon Sur Roush, membre du syndicat.

 

Et certains ont décidé de ne pas le publier, à l'instar de du journal de Portland, The Oregonian, qui estime que le cartoon « est allé trop loin », alors que le LA Times a décidé de la publier dans la section « Opinions ».

 

Si la voix du dessinateur est ainsi ignorée, les médecins, à présent forcés de décrire aux femmes enceintes voulant avorter l'état de leur fœtus, semblent bien être devenus, eux, les porte-paroles d'une idéologie bien controversée.  

 

 

Crédit photo : Doonsbury