Londres, Cité des enfants privés de lecture et de livres

Clément Solym - 01.06.2011

Edition - Société - alphabétisation - enfants - londres


Londres, capitale touristique britannique peut-être, mais derrière le vernis du tourisme, se cache manifestement une tout autre réalité. L'alphabétisation dans la ville est en crise, au point qu'un million de personnes n'a pas de quoi lire.

Un scandale qui plonge directement au coeur du système éducatif, découvre-t-on, alors qu'une enfant sur quatre est quasiment analphabète en sortant de l'école primaire - à l'âge de 11 ans. Il ne sait ni lire ni écrire correctement. Un élève sur cinq quitte le cursus suivant, sans être en mesure de lire ni écrire sereinement.

Et ce ne sont ni les campagnes gouvernementales, ni les listes de lecture imposées, qui, au fil des années, ne sont parvenues à changer quoi que ce soit. Pour aller plus loin, l'étude démontre qu'un enfant sur trois peut grandir sans posséder un livre à lui - et surtout, ce chiffre est en hausse.


Couronnons le tout : un million de personnes, soit une personne sur six, parmi les adultes, ne ni pas sans problèmes. Ce qui, ramené à l'échelle nationale démontrerait que 5 % des adultes en Angleterre ont des compétences de littératie qui sont inférieures à celles d'un niveau 7 ans. Pour 16 % de cette même tranche d'âge, entre 16 et 65 ans, le niveau serait celui des facultés de lecture d'un enfant de 11 ans. (voir This is London)

L'enquête a été menée auprès de plus de 18.000 jeunes dans tout le pays, démontrant un véritable effondrement des critères et de compétences de lecture. Pour 40 % des enfants de 11 ans, entrant dans le secondaire, n'ont qu'un niveau de lecture équivalent à celui d'un enfant de 6 à 9 ans - et pourtant, on parle ici d'élèves habitant dans les centres-villes.

On y apprend également que 80 % des parents trouvent rarement le temps de lire avec leurs enfants.

Ce qui devient catastrophique, c'est de s'apercevoir que 40 %es entreprises consultées estiment que leurs employés ont de mauvaises compétences en litteratie et que cela affecte directement leur activité professionnelle...