Londres - Paris : deux bibliothèques partagent des livres

Nicolas Gary - 11.11.2013

Edition - Bibliothèques - Bibliothèque - partenariat - Londres


La Church Street Library focalise l'attention de la presse britannique, toute interdite de voir pousser dans le quartier de Westminster un établissement consacré à la... littérature française.  Pourtant, les francophones pourront y trouver nombre d'ouvrages pour améliorer leurs compétences linguistiques et des ressources importantes pour ceux qui souhaitent simplement lire des nouveautés. 

 

 

 

 

Une petite bibliothèque de Londres s'est ainsi jumelée avec un établissement de Paris pour offrir classiques et oeuvres modernes, en français dans le texte, aux personnes résidantes de l'autre côté de la Manche. Espérant attirer les expatriés français après avoir passé un accord avec la bibliothèque de la Place des fêtes (XIXe arrondissement de Paris), c'est un échange de 150 livres que les deux établissements ont opéré.

 

De quoi s'adresser dans une langue plus connue à ses publics. 

 

Outre-Manche, ce sont Houellebecq, Le Clézio ou encore Beigbeder qui ont été exportés - ainsi que des traductions des romans Harry Potter. Julie Gadault, la bibliothécaire de Church Street, qui est à l'origine de ce partenariat explique : « Nous disposons maintenant d'un bon stock de romans modernes, qui sera complété avec des oeuvres de littérature jeunesse. »

 

C'est qu'à ce jour, Londres est la cinquième ville au monde avec 400.000 Français qui y résident. 

 

Pour Steve Summers, membre du Westminster City Counciln cet échange entre les deux bibliothèques augure d'excellentes nouvelles pour les habitants, leur fournissant de solides contenus pour entretenir leur français.

 

« C'est aussi un accord qui permettra de construire une meilleure compréhension culturelle entre les deux villes, alors que nous travaillons avec nos homologues parisiens pour partager les meilleures pratiques et travailler sans cesse à trouver de nouvelles façons d'innover et d'améliorer nos services de bibliothèque. » 

 

via Independent