Loyers, communication, aides... Paris organise son soutien aux librairies

Antoine Oury - 26.05.2020

Edition - Librairies - librairies paris - aides librairies paris - librairie boulinier paris


À Paris comme ailleurs en France, les librairies ont rouvert leurs portes, avec prudence, depuis le 11 mai dernier. Mais la période de confinement et de fermeture forcée va laisser des traces, que les services de la ville s'efforcent d'atténuer. En complément d'un appel à projets annuel mieux doté en 2020, Frédéric Hocquard, adjoint à la Maire de Paris en charge de la vie nocturne et de la diversité de l'économie culturelle, annonce une exonération des loyers et une campagne de communication pour soutenir les librairies parisiennes, en particulier indépendantes.

Librairie Delamain - Paris


La ville de Paris dévoile les moyens mis en œuvre pour soutenir les librairies, en particulier indépendantes, fragilisées comme d'autres commerces par les fermetures liées au confinement et la réduction de l'activité induite par l'épidémie de coronavirus. Premier volet de ce plan, un appel d'offres doté d'un montant de 300.000 €, contre 256.000 € l'année dernière, destiné à financer des aménagements, des rénovations ou des acquisitions d'équipement.

« À Paris, nous défendons spécifiquement les librairies indépendantes, car nous considérons qu'elles doivent être soutenues, d'une part, et parce qu'elles constituent un puissant facteur de diversité de l'offre, et notamment de diversité éditoriale », souligne Frédéric Hocquard. « Une partie de la production de livres a ce principal vecteur de diffusion, et ces librairies organisent des rencontres partout sur le territoire parisien, pas seulement dans les quartiers touristiques. »

Outre l'appel à projets, ouvert à toutes les librairies indépendantes, la ville de Paris prépare une campagne de communication sur les commerces de proximité, qui offrira une place aux librairies. Le Pari des libraires, événement organisé depuis 2015 par l’association Paris Librairies avec le soutien de la ville s'étend du 12 au 26 juin, en 2020, et bénéficiera lui aussi d'une communication renforcée, dans les rues et sur les réseaux sociaux.

Autre geste particulièrement attendu, l'exonération des loyers pendant la période de confinement, pour les baux qui appartiennent à la ville ou à la Semaest, société d'économie mixte de la Ville de Paris spécialisée dans la revitalisation du commerce de proximité. « Nous avons aussi réitéré notre appel aux bailleurs privés, en leur demandant d'être tolérant vis-à-vis des commerces culturels, voire à pratiquer l'exonération. Si la faillite du commerce se profile, le propriétaire du bail sera lui aussi perdant », précise Frédéric Hocquard.
 

80 à 100 librairies protégées par la municipalité


Que serait Paris sans ses librairies ? Alors qu'une saison touristique tournée vers la France se profile, la capitale veut assurer les libraires de son soutien : « Quand nous faisons des propositions sur un territoire, le loyer est bas : entre 80 et 100 librairies sont protégées par la municipalité, soit à travers la Semaest, soit par un bâtiment qui appartient à la ville », rappelle l'adjoint à la Maire de Paris. Et de citer l'exemple de la librairie Ici, installée à la place d'un magasin de vêtement, dans un bâtiment appartenant à Paris Habitat.

« Paris est une des rares capitales à posséder encore autant de diversité dans le domaine de la librairie dans son centre-ville. Lorsque l'on s'arrête place Saint-Michel, qu'on observe le nombre de librairies, c'est une sorte de miracle. Et qui ne se limite pas aux quartiers touristiques, mais s'étend aux quartiers populaires, notamment dans l'est de la ville, avec des librairies qui sont de véritables lieux d'animation culturelle, des lieux de vie et de circulation, qui travaillent la plupart du temps avec les bibliothèques. »

Évoquant le Quartier latin, Frédéric Hocquard promet que la mairie veille sur la spécificité de la zone. Et prépare notamment la suite pour l'enseigne Boulinier, dont un des magasins est promis à la fermeture après le non-renouvellement du bail décidé par le propriétaire, un groupe d'assurance. « Sur les deux magasins du boulevard Saint-Michel, nous en avions déjà protégé un, mais ce n'est pas possible pour l'adresse concernée par la fermeture, nous ne pouvons pas nous substituer à un bail privé. Avec la Semaest et le GIE Paris Commerces, nous sommes en contact avec Annie Boulinier et nous allons faire des propositions, comme nous l'avions fait pour la librairie Les Mots à la bouche, pour que le projet ne disparaisse pas. »

Librairie Boulinier - Paris
Librairie Boulinier, Paris (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 
Autre élément primordial dans l'ADN de la ville, notamment sur un plan touristique, les bouquinistes des bords de Seine : « Je n'en ai pas vu beaucoup rouvrir pour le moment : il faut que les bouquinistes entrent dans cette phase, puis nous verrons les estimations, et le déroulement de la saison estivale, très importante pour eux. Nous aurons beaucoup de Parisiens à Paris, cet été, l'occasion de promouvoir un été culturel, où les bouquinistes auront bien sûr leur place. »

Photographie : vitrine de la librairie Delamain, Paris 1e


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.