Loyers trop chers à New York, même pour Barnes & Noble

Clément Solym - 01.09.2010

Edition - Economie - fermer - librairie - bail


L'avenir de la société Barnes & Noble est peut-être dans le numérique, comme l'a laissé entendre la chaîne de librairie en annonçant son dernier résultat. Mais en attendant, depuis la mise en vente des murs et du reste et la main mise par Ron Burkle, le milliardaire, sur les établissements, la situation s'envenime.

Et en parallèle, on ferme. Sur le 66e rue, la boutique avait quelque chose d'historique. Les habitués n'étaient pas forcément des lecteurs, mais le magasin, ouvert depuis octobre 1995 avait tout de l'endroit que l'on connaît depuis toujours. Une de moins sur les 720 autres librairies, cela se verra vraiment ? Non, évidemment.


Barnes & Noble, de la 66th Street, intersection Broadway

Mais quand c'est un lieu historique qui ferme, le symbole n'en est que plus grand. Dans un communiqué officiel, Ellen Keating, soutien-parole décrit une situation peu reluisante : l'augmentation du loyer, en regard du contexte économique, oblige à fermer les portes. Économiquement, il est impossible de prolonger le bail, alors on se quitte bons amis et on en reste là.

Le Wall Street Journal qui donne l'information, n'oublie d'ailleurs pas de préciser que cette boutique, en dehors de son côté historique, était la plus importante de toute la chaîne. L'établissement fermera définitivement fin janvier 2011. Le déménagement devrait se faire du côté de Upper West Side...

Un coeur culturel qui battait dans la ville

Avec plus de 5500 m² de surface, la boutique va laisser un vide, c'est certain. « Nous allons réaffecter de nombreux libraires, autant que possible, dans les magasins restant de New York et des environs », assure la soutien-parole.

Reste qu'en plus de son rôle de librairie, la boutique Lincoln Triangle Store était bien connue des amateurs de théâtre, et organisait également de régulières campagnes de promotions et des événements tournés autour d'auteurs stars de Brodway et autres artistes.

Mince, tout de même : si ça devient dur aussi pour les chaînes...