Luis Sepúlveda emporté par le coronavirus

Nicolas Gary - 16.04.2020

Edition - International - Luis Sepulveda mort - mort coronavirus Sepulveda - covid19 sepulveda


Très tôt atteint par l’épidémie, le romancier Luis Sepúlveda est décédé, apprend-on de son éditeur. Il avait contracté le virus lors d’un déplacement au Portugal. Lui et sa femme, également malade, avaient été transférés à l’Hôpital sanitaire central des Asturies, à Oviedo (Nord de l’Espagne).
 
Luis Sepúlveda - ActuaLitté (CC BY-SA 2.0)


Début mars, Luis Sepúlveda avait été hospitalisé avec son épouse Carmen Yáñez, qui présentait également des symptômes du Covid-19. Les autorités portugaises avaient pris contact avec toutes les personnes présentes lors du festival Correntes d’Escritas, pour lequel l’écrivain avait été invité. 

C’est en 1992 que Sepúlveda publie son premier ouvrage, Le Vieux qui lisait des romans d’amour, traduit par François Maspero pour les éditions Métailié la même année. 
 

De dictatures en engagements


Sepúlveda, né le 4 octobre 1949, est originaire d’Ovalie (Chili). Très jeune, il manifesta un militantisme engagé, en rejoignant les Jeunesses communistes vers 1961. À cette époque, la dictature d’Augusto Pinochet fait rage, et il écopera de deux années et demi de prison à Temuco, au milieu d’autres opposants politiques. 

Il fut accusé en février 1975 « de trahison de la patrie, conspiration subversive, et appartenance aux groupes armés », comme il le raconta lui-même par la suite. Il est condamné à purger 28 années de prison — la peine de mort fut évitée de justesse

Amnesty International parvint à le faire libérer deux années plus tard, et la prison fut commuée en exil, pour 8 années, en Suède. Mais Luis Sepúlveda préfère traverser l’Amérique du Sud, s’arrêtant en Équateur pour fonder une troupe de théâtre, ou encore au Pérou et en Colombie. En 1978, il décidera de partager la vie des Indiens shuars au Nicaragua : cette mission, « l’impact de la colonisation sur les populations amazoniennes », à l’initiative de l’UNESCO, vise à analyser les conséquences de la colonisation sur la population. 

Il reprendra également du service politique en 1979, en rejoignant les rangs de la Brigade Internationale Simón Bolívar, optant pour le camp des sandinistes — parti socialiste fondé en 1961 qui déclenchera en 1979 la Revolución Popular Sandinista, mettant à bas le régime dictatorial d’Anastasio Somoza Debayle.
 

L'arrivée en Europe, l'écriture


Sepúlveda optera pour la plume, d'abord pour celle du journaliste, avant de migrer en Europe, pour s’installer en Allemagne dans un premier temps. Ses nombreux voyages en Amérique latine lui donnent l’occasion de reportages. Toujours ce goût de l’évasion et de la lutte, quand il prend le parti de collaborer avec Greenpeace durant 5 années, jusqu’en 1987. 

C’est à la fin de cette période qu’il s’installera en Asturies, avec son épouse, sans quitter pour autant l’engagement politique : il est aux côtés de la Fédération internationale des droits de l’homme, pour défendre les populations. Il fonda également le salon du livre ibéro-américain, se mettant alors à l’écriture de romans, tout en fournissant des chroniques pour des journaux italiens. 

Parmi ses dernières œuvres, toutes traduites et publiées aux éditions Métailié, Histoire d’une baleine blanche, texte particulièrement émouvant traduit par son éditrice, Anne-Marie Métailié. 

ActuaLitté avait réuni, l’an passé, tout le bestiaire de Sepúlveda, dans un dossier spécial, alors que ses ouvrages étaient adaptés en audiolivres. La maison d’édition Métailié célébrait alors ses 40 ans. L'écrivain laisse une oeuvre d'une trentaine de romans, textes où se côtoient les thèmes qui ont marqué sa vie : la défense des opprimés, l’Histoire et ses tournures parfois incompréhensibles. Mais c’est par un art de conteur hors pair qu’il a marqué ses lecteurs, où l’émotion et l’humour servent un humanisme constant.

 

mise à jour 15h : 


Anne-Marie Métailié a communiqué un texte, en hommage à son autuer.

Luis Sepúlveda a succombé au Covid-19. L’auteur du Vieux qui lisait des romans d’amour, son premier roman, avait été découvert en 1992 par les libraires français qui en avaient fait un succès tel qu’il avait été immédiatement traduit dans 52 pays. Puis il y avait eu L’Histoire de la Mouette et du Chat qui lui apprit à voler, un autre très grand succès. Et 20 autres romans et essais.
Luis Sepúlveda était un formidable conteur d’histoires. Un écrivain majeur. Sa vie aventureuse dans l’Amérique latine des dictatures avait forgé son regard politique. Militant écologiste, il a su transmettre ses convictions à travers des œuvres inoubliables qui l’ont fait connaitre et aimer dans le monde entier.
J’avais rencontré Luis Sepúlveda, alors inconnu, en avril 1992 et au long de ces 28 années de voyages, de galères et de succès, nous avons été des amis fraternels. De vrais amis.


Commentaires
Les dernières nouvelles étaient rassurantes et je pensais, sans doute naïvement, qu'il s'en soritirait. Un grand écrivain s'en va et le monde semble un peu plus vide. Au revoir, Monsieur, et merci pour vos livres.
Un auteur magnifique et un être humain véritable. Apparemment ça va devenir de plus en plus rare. Cette nouvelle est bouleversante.
trop triste, quelle perte, merci pour tous cette oeuvre magnifique et toutes ces émotions que nous avons eu en te lisant , Hasta siempre
Une grande perte, je suis très touchée par cette nouvelle. Un homme et un écrivain remarquable. Allez en paix, M. Sepulveda, et merci pour l'immense bonheur de vous lire.
Article approximatif et reprenant des fragments lus dans d’autres articles. L’urgence de publier après l’annonce du décès de ce remarquable écrivain ne justifie pas les à peu près comme “1961. À cette époque, la dictature d’Augusto Pinochet fait rage.“ Ne pas mentionner qu’il était proche de Salvador Allende et de son gouvernement d’Unite populaire renversé par Pinochet est une insulte pour Sepulveda et tous les résistants de l’intérieur et de l’extérieur. La force caractéristique de Luis Sepulveda est d’avoir été capable de chanter la vie, l’amour, l’espoir après tout cela. Un résiliant magnifique, lucide et souriant.
Estimado LUIS,



J'ai dévoré vos romans, notamment lors de mes séjours au Chili et précisément à Temuco, ville où vous avez été emprisonné; j'aurais aimé vous rencontrer...

Hasta la Vista, Luis !
Quel magnifique souvenir que cette lecture d’un fragment des « Roses d’Atacama » a une époque où une Fête du Livre ne nous mettait pas en danger de mort ni vous les Écrivains ni nous vos lecteurs fidèles.Tres triste toutes mes pensées pour vous Mme Sepulveda et toute votre famllle.En deuil de toutes les belles et bonnes histoires qui ne seront jamais écrites.Merci à vous Luis Sepulveda d’avoir pu vous rencontrer.
Un grand écrivain. Un grand homme. Heureusement, il nous reste toute son oeuvre, que je continuerai d'explorer avec bonheur et émotion.
Les extraits des livres emblématiques de Luis Sepulveda sont ici https://www.premierchapitre.fr/liste_livre.php?idc=2058
C’est en pleurant que j’ai arrosé mes salades hier. Foudroyée par la nouvelle de votre mort, victime du corona virus. Noooon ! Pas vous! Je ne veux y croire! Vous avez combattu aux côtés de Salvador Allende contre Pinochet, fui le Chili pour vivre en exil à travers l’Europe de l’Allemagne à l’Espagne, pour nous offrir une oeuvre littéraire si poétique et dense de tout ce vécu, d’une profondeur dans laquelle on se sent si bien… A 71 ans vous aviez encore tant à faire, à nous dire, à partager avec vos enfants et vos petits enfants. Non Monsieur Sepulveda je ne peux accepter qu’après avoir échappé aux fusils dictatoriaux vous veniez échouer ici, à 200 km de chez moi, pour mourir d’une maladie qui n’a pu se répandre qu’à cause d’une mauvaise gestion et d’un manque d’anticipation de nos dirigeants européens qui ont délibérément ignoré le danger. J’aurais tant aimé lire un de vos prochains livres qui aurait certainement emmagasiné cette période si troublée et étrange pour tous les peuples du monde. Vous nous l’auriez éclairée avec ce regard qui vous est si propre, cette densité poétique, calme et sincère empreinte d’une valeur qui vous est si chère: la fidélité.



Vous qui saviez transmuter la violence et le combat des armes de la résistance en beauté, votre prose est une arme beaucoup plus durable qu’un fusil. Je ne saurai en parler plus sans risquer de la dénaturer, tout est dit sous votre plume.

J'ai tant offert vos livres que j'en ai vidé la librairie....

Un rocher de ma vie que je croyais inébranlable se décroche, me déchire, me révolte.



Ce matin la nature entière pleure ce désastre. Il nous reste vos livres, mes pensées vont à la femme qui partage votre vie, à votre famille… Je découvre à l’heure de votre mort à quel point vous faisiez partie de la mienne, de la nôtre.

Le monde du bout du monde...

Quelle tristesse. Je ne veux encore y croire. Je ne peux.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.