Lutte contre le piratage : un accord entre Europe et États-Unis

Clément Solym - 03.01.2011

Edition - Justice - portail - transatlantique - europe


Alors que les 27 États de la Communauté européenne et les États-Unis génèrent la moitié du PNB mondial, les pays ont perdu un certain poids économique au cours de ces dernières années, avec la croissance de pays comme la Chine, l'Inde ou le Brésil.

Dans cette perspective, le commissaire européen du commerce, Karel de Gutch, a annoncé l'établissement d'un accord, pour donner un renouveau aux accords commerciaux d'un côté comme de l'autre de l'Atlantique. Lors de la remise du rapport annuel du Conseil économique transatlantique, un accord a également été passé concernant la contrefaçon et les produits piratés.

En effet, l'Union et les USA ont inauguré le 17 décembre dernier un site internet commun « pour lutter contre le piratage et la contrefaçon ».

Alors que ce marché est estimé à 250 milliards $ annuellement, les pays signataires souhaitent ainsi « encourager les PME à pénétrer les marchés étrangers sans risque de violation de leurs droits de propriété intellectuelle (DPI) ».

Le Portail transAtlantique « proposera des conseils aux entreprises européennes ou américaines qui souhaitent mener avec succès des activités commerciales dans d’autres pays », rapporte un communiqué.

Antonio Tajani, vice-président de la CE, et commissaire chargé de l'industrie et de l'entrepreunariat, explique : « Améliorer la protection et l’application des DPI se traduira par de meilleures perspectives d’emploi et de croissance économique. La contrefaçon et le piratage nuisent fortement aux entreprises, et notamment aux PME. L’UE comme les États-Unis ont exprimé leur résolution à aider les entreprises des deux côtés de l’Atlantique à exercer dans des conditions de concurrence loyale. »

Ce dernier servira donc à la lutte contre le piratage et la contrefaçon.