Lycéens dans la rue : mobilisés oui, mais moins enthousiastes

Clément Solym - 16.01.2009

Edition - Société - lycéens - mouvement - grève


Ce devait être une révolution, on n'aura finalement tout juste assisté à une jacquerie : la grève des lycées hier a réuni 5000 lycéens hier, contre 7000 le 8 janvier, estime la police. Pour les organisateurs, on tournait plutôt à 8000 manifestants hier.

On est loin cependant de l'insurrection nationale et de la mobilisation générale, tant attendue, voire tant espérée, pour montrer à Xavier Darcos de quel bois on se chauffe quand nos professeurs sont menacés. En tout, 13.500 postes sont sur la sellette pour 2009.

Dans les différentes villes de France, on comptait tout juste quelques centaines de personnes, mais même si pour Paris, on estime que c'est une réussite, reste qu'avant Noël, les rassemblements étaient plus importants. Décidément, les fêtes pèsent. Pardon pour le contrepet involontaire...

Xavier Darcos lui-même le répétait de toute manière : ils « n'ont aucune raison de continuer à protester contre une réforme qui repart à zéro, à laquelle ils vont être associés - et dans un contexte budgétaire maintenu ». Sauf que les concertations ont peut-être commencé, mais que tout le monde n'est pas invité au bal.

Pour le secrétaire général de l'UNL, Antoine Evennou, ça s'amplifie doucement, mais sûrement, et la Fidl de confirmer que cette douceur des débuts cache une mobilisation plus structurée, et potentiellement plus longue. Nous verrons demain ce qu'il en est...