Lyon : ils recourent au crowdfunding pour sauver leur librairie jeunesse

Cécile Mazin - 22.10.2015

Edition - Librairies - librairie jeunesse - crowdfunding public - financement Lyon


« On nous avait donné 6 mois... on prétend aujourd’hui qu’on ne fêtera pas notre 10e anniversaire. » La librairie À titre d’aile, située à Lyon, ne veut pas se résigner ni se laisser faire. Montée en 2006 dans le premier arrondissement de Lyon, son anniversaire pourrait en effet être contrarié. Et l’établissement se lance dans une campagne de crowdfunding pour sauver sa place...

 

 

 

« Faisant face à des difficultés de trésorerie, la librairie ne peut plus compter depuis cet été sur le soutien de sa banque. Sans cet appui primordial, la librairie est aujourd’hui mise dans l’incapacité d’assumer seule son fonds de roulement et ses dettes fournisseurs », explique l’Arald, agence pour le livre et la lecture en Rhône-Alpes.

 

Les problèmes rencontrés sont plus lourds : non seulement la société ne peut plus assumer d’avoir deux salariés à temps complet. Or, dans le même temps, la situation s’est lourdement dégradée au cours de l’été : « Nous ne pouvons plus depuis commander de livres : ni pour vous, ni pour le réassort des livres vendus en librairie, ni pour nos bibliothèques, crèches, écoles, comités d’entreprise…. Si nos comptes restent fermés, impossible pour nous de passer nos commandes de Noël… Et Noël c’est presque 40 pour cent de notre activité annuelle. »

 

Or, les perspectives de redressement existent, et ce sont elles que le crowdfunding doit parvenir à mettre en œuvre. Une somme de 50.000 € doit cependant être collectée pour y parvenir, et 44 jours restent encore pour ce faire. 

 

Avec cette somme, la librairie pourra :

 

permettre le maintien d’un salarié à temps complet et d’un salarié à temps partiel

poursuivre l’activité de fourniture des collectivités

solder le reliquat de la dette fournisseur de cet été, date du désengagement de la banque

constituer un fonds de roulement suffisant à la poursuite de l’activité

 

On peut retrouver leur page sur Ulule et prendre part à la contribution globale, dès 5 €. 

 

« La rentrée nous a laissés sans voix, sans énergie pour nous battre. À l’heure qu’il est nous aurions sans doute fermé nos portes, définitivement. C’était sans compter sur vous, sur tous ceux qui sont venus nous rencontrer nous proposer leur énergie, leur mobilisation, leur soutien, leur travail, leurs bras, et même leur chocolat… », écrit le couple.