Macmillan conclut un nouvel accord pluriannuel avec Amazon

Julien Helmlinger - 19.12.2014

Edition - Les maisons - Macmillan - Amazon - Partenariat - Lecture numérique


Après Hachette et Simon & Schuster, Macmillan devient le dernier éditeur des Big Five à signer un nouvel accord pluriannuel avec Amazon, concernant l'impression et la distribution numérique. Il s'agit à nouveau d'un partenariat qui permet le retour du contrat d'agence, par lequel l'éditeur fixe le prix de vente de ses ebooks. Annoncé par le PDG de la maison, John Sargent, dans un courrier aux auteurs, illustrateurs et agents, il entrera en vigueur le 5 janvier.

 

 

 

À l'occasion de son courrier d'information, John Sargent a également rappelé que l'arrangement de la maison avec le Department of Justice, touchait à sa fin ce jeudi. Une disposition exigeant de Macmillan de permettre aux détaillants de livres numériques, y compris Amazon, de pratiquer des tarifs discount sur les livres de la maison d'édition.

 

« En vertu de notre accord avec Amazon, votre pourcentage net dans le processus ne va pas changer. Vous serez affectés, comme vous l'avez toujours été, par nos changements de prix. Vos livres continueront à figurer dans les offres et promotions d'Amazon », assure le PDG à ses auteurs.

 

En concluant des accords similaires, les dirigeants de Hachette et Simon & Schuster auraient cependant affiché davantage de satisfaction que John Sargent. « Nous n'avons pas abordé l'un des grands problèmes dans le marché du numérique », qui serait le fait qu'Amazon « détient 64 % de parts de marché de l'activité numérique de Macmillan ».

 

En revanche, le contrat encore en vigueur avec Apple permet au détaillant d'être le dernier à pouvoir pratiquer des réductions tarifaires illimitées à ses clients. ET ce, jusqu'au 5 octobre 2017. Une épine dans le pied de la maison, qui demande à ses auteurs d'être « indulgents », le temps nécessaire pour que cette « étrange aberration dans le marché » soit réglée.

 

Premier essai sur le terrain de la souscription

 

Selon les données de Forrester Research Inc, la société de Jeff Bezos occuperait désormais 60 % du marché du livre numérique. Sargent, qui n'ignore pas cette position dominante, a affirmé que Macmillan avait « besoin de canaux plus larges pour atteindre nos lecteurs ».

 

En conséquence de quoi, en 2005, la société testera entre autres un modèle d'offre de lecture contre souscription, sur le modèle « paie ce que tu lis ». Les titres de la backlist et autres livres mal achalandés sur les lieux de vente des détaillants se prêteront en priorité à l'essai.

 

« Beaucoup d'entre vous savent que nous avons longtemps été opposés à la souscription. Nous avons toujours été inquiets qu'il érode la valeur perçue de vos livres. Bien que ce risque important à long terme reste d'actualité, nous avons décidé de la tester dans les prochaines semaines », conclut le PDG de la maison.