Macmillan ferme Pronoun, son service d'autopublication

Antoine Oury - 10.11.2017

Edition - Les maisons - Pronoun Macmillan - Pronoun - autopublication édition


Un peu plus d'un an après son rachat par le groupe d'édition Macmillan, le service d'autopublication Pronoun met la clé sous la porte. La fermeture du service sera effective dès le 15 janvier 2018, et laisse penser que l'autopublication n'est vraiment pas une affaire d'éditeur, même pour les plus importants groupes. 





 

Créé en 2015, le service d'autopublication Pronoun avait levé quelque 3,5 millions $ à son lancement, avec la promesse de « réparer l'édition de livres », et en particulier le secteur de l'autopublication. Pour cela, Pronoun assurait des services tels que la promotion du livre, la transparence des comptes ou encore un accompagnement pour faire profiter les ouvrages des dernières innovations technologiques.

 

Deux ans plus tard, le soufflé est retombé, violemment : « Nous sommes fiers du produit que nous avons conçu, mais, plus encore, nous sommes reconnaissant envers les auteurs qui ont participé à le faire grandir », indique l'équipe de Pronoun dans un communiqué de presse qui ne précise pas, toutefois, combien d'auteurs ont eu recours au service.

 

La fermeture du service est annoncée pour le 15 janvier 2018, afin de laisser le temps aux utilisateurs de se retourner, mais la création de comptes et la publication d'un nouveau livre est désormais impossible. Les créateurs de Pronoun impliquent directement Macmillan, le groupe qui a racheté la société en mai 2016.

 

À l'époque, Macmillan envisageait d'utiliser les données récoltées par Pronoun auprès de ses clients, mais aussi de découvrir de nouveaux auteurs à travers cette plateforme. « Macmillan est incapable d'assurer la poursuite des opérations de Pronoun, à l'heure actuelle », indique l'équipe de Pronoun. « Toutes les options ont été étudiées avant de prendre cette difficile décision. »

 

Amazon domine outrancièrement l'autopublication
papier aux États-Unis

 

Pronoun, comme nombre de plateformes d'autopublication, promettait un service de base gratuit aux auteurs, avec 100 % de droits reversés, et des formules payantes pour des services supplémentaires.


via TechCrunch