Macmillan invente un modèle de prêt d'ebooks en bibliothèque

Clément Solym - 25.09.2012

Edition - Bibliothèques - Macmillan - Livres numériques - Prêt


Tandis que les acteurs du Big Six préparent des pourparlers avec les bibliothécaires cette semaine à New York, l'éditeur Macmillan a annoncé ce lundi un nouveau projet pilote destiné aux bibliothèques. Celui-ci concerne le développement du prêt de livres numériques,  mais les détails restent à ce jour confidentiels. Rien n'a filtré quant à un éventuel partenariat avec Overdrive ou sur le procédé de distribution.

 

 

 

 

La maison d'édition a déclaré : « Nous avons travaillé dur pour développer un modèle de prêt d'ebooks qui fonctionne pour toutes les parties, comme nous apprécions les bibliothèques et le rôle qu'elles jouent au sein de la communauté de la lecture. Nous sommes actuellement en train de finaliser les détails de notre programme pilote et nous l'annoncerons quand nous serons prêts, et non en réaction à une demande. »

 

La demande qui restera sans réponse : c'est la lettre ouverte que la présidente de l'American Libraries Association, Maureen Sullivan, a signée dernièrement dans l'optique de presser les éditeurs. Elle a exhorté ces derniers à garantir aux bibliothèques des solutions facilitant le prêt du livre numérique, afin d'éviter d'accentuer la « fracture numérique. »

 

Macmillan est le second acteur majeur de l'édition, au cours de ces derniers mois, à annoncer le développement d'un projet pilote. Penguin, dès cet automne, devait permettre à la NYCPL ainsi qu'à la Brooklyn Public Library d'avoir accès aux ebooks via le 3M Cloud Library System, mais a finalement retiré ses billes de la partie. Si le pilote de Macmillan possède des spécificités à la hauteur des attentes, cela pourrait mettre un terme à la tendance planant depuis le mois de janvier : en effet, bibliothèques et maisons d'édition ne semblent guère progresser depuis l'engagement des négociations.

 

Les enjeux autour des bibliothèques sont particulièrement sensibles pour les éditeurs, qui freinent des quatre fers. Chacun expérimente des conditions d'utilisation qui sont pour le moins étranges. Ainsi Random House a presque triplé ses tarifs d'ebooks appliqués aux bibliothèques. Hachette devrait sous peu doubler les siens pour ce qui concerne 3 500 titres (voir notre actualitté), tandis qu'Harper Collins impose des limitations sur les siens à 26 prêts.

 

Dernièrement certaines bibliothèques, lassées d'avoir à franchir l'obstacle des grandes maisons d'édition, s'étaient décidés à le contourner en collaborant directement avec les auteurs et des éditeurs indépendants (voir notre actualitté).

 

Ce nouveau projet est donc potentiellement une bonne nouvelle pour les bibliothécaires. Si celui-ci est effectivement mis en oeuvre, Simon & Schuster sera alors le dernier membre du Big Six à demeurer entièrement hors jeu.

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.