medias

Macron : assouplir, ou la valse Covid en trois temps

Nicolas Gary - 22.11.2020

Edition - Economie - Emmanuel Macron déconfinement - commerces ouverture covid - covid librairies fermeture


Pas de déclarations fracassantes avant son allocution du 24 novembre : Emmanuel Macron prépare les Français à plusieurs scénarios. Mais un seul reste assuré : pas de déconfinement précipité, comme le confirme le ministre de la Santé, Olivier Véran. 

Emmanuel Macron - FIBD 2020

 
Dans un entretien au JDD, le président de la République entend poser quelques certitudes pour lutter contre le doute qui s'installe. Il parle de clarté et de cap, mais le ministre de la Santé maintient son discours : « Aujourd’hui, le niveau de circulation du virus dans le pays est le même qu’au moment du couvre-feu. Il n’est pas question de déconfiner. »
 

Des projections à février 2021


Et le locataire de l’Élysée de reprendre : face au caractère imprévisible de la pandémie, et sa dimension mondiale, il entend, lui, donner une ligne directrice. « Nous devons être au rendez-vous de l’Histoire. Et la France a tous les atouts pour l’être », promet-il. Même les contrats pour des vaccins, trois contrats signés, manifestement, pour 30 millions de doses.
 
Pour l’instant, cette date du 1er décembre, originellement pointée lors de l’annonce d’un reconfinement, demeure : elle s’accompagnera de trois étapes marquant le retour l’activité — avec notamment la perspective des congés de fin d’années et de l’amorce de 2021.

Confinement, limitations de déplacement, précise le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, et l’attestation toujours obligatoire, Jean Castex l’avait souligné dans son point d’étape. Des mesures d’allégement ne seraient pas envisagées avant du 1er décembre, pour les commerces, sous réserve de mesures sanitaires extrêmement strictes.

C’est au moment des vacances de Noël qu’un nouvel allégement pourrait intervenir, là encore, à la condition de réserver ses agapes avec les siens — et ne pas envisager des fêtes à plusieurs dizaines de personnes pour le réveillon. De toute évidence, les décisions seront liées à la manière dont la maladie elle-même évoluera. 

Mais on sait d’ores et déjà que bars et restaurants endureront toujours des restrictions. Pour ce qui est des autres commerces, il faudra attendre mardi même si le pays donne l’impression d’être sur la bonne voie, d’après le Premier ministre. Restrictions allégées, certainement, et le locataire de Matignon avait, ce 21 novembre, affirmé son souhait d’une réouverture « d’ici quelques jours ».
 
Les pronostics pour les premiers sont pessimistes, les dates du 16 janvier, et même du 1er février ont été communiquées par les autorités dernièrement. Théâtre, lieux d’exposition, cinémas — donc musées, n’ont pas non plus de réelles perspectives d’avenir dans les prochaines semaines. 
 

Trois étapes, et de la patience


Gabriel Attal l’assure de toute manière : « Les assouplissements se feront en trois étapes [...] poursuit-il, d’abord autour du 1er décembre, puis avant les congés de fin d’année, puis à partir de janvier 2021. » S’envolent ici les hypothèses d’une réouverture des librairies au 26 ou 27 novembre — les grands acteurs de la vente ayant accepté de décaler le Black Friday, le week-end n’incarne plus un enjeu majeur.   

Nous nous dirigerions donc vers une première sortie de crise pour début décembre, avec les commerces non essentiels. La seconde envisagerait un couvre-feu durant les fêtes, ou encore des limitations de personnes lors de réunions privées. Quant à la dernière, fin janvier 2021, elle reste chargée de mystères.

L’une des solutions était la réouverture au 27 novembre, après plusieurs semaines de lourdes tensions commerciales – le click and collect pèse lourd sur les structures, préparées en termes sanitaires, pas vraiment en logistique.

Un libraire, basé dans le sud de la France, assurait à ActuaLitté : « Nous sommes changés en logisticiens, sans en avoir les moyens ni la structure. Certes, nous créons de nouveaux comptes, par internet, mais ce ne sont pas là nécessairement de nouveaux clients. » 

Demeurent, dans tous les cas, les inquiétudes manifestées par les structures de distribution, à l’image de Madrigall. Ces dernières demandent aux éditeurs d’anticiper les commandes de réassort, « afin de nous assurer, tous collégialement, une reprise à la hauteur de ce que nous savons faire ». 

Pour autant, si la reprise venait à être aussi vigoureuse qu’en mai dernier, « il y a grand risque pour que les centres de distribution, déjà au maximum de leurs capacités sur un mois de décembre normal, ne soient pas en mesure d’accompagner éditeurs et points de vente dans cette période cruciale », indiquait le distributeur voilà quelques jours. 

 

mise à jour 23/11 : 8 h 20 


Dans son édition matinale, Le Monde rapporte que l’enjeu, selon des conseillers du ministère de l’Économie, est « d’étaler au maximum les achats de Noël pour que tout le monde ne court pas dans les magasins les quinze derniers jours de décembre ». Autrement dit, des réouvertures autour du 1er décembre, qui revêt désormais des atours de fête nationale, voire de l’indépendance… 

Pour les commerces, le protocole sanitaire sera renforcé, de toute évidence, mais cette projection inclurait donc les bibliothèques, à même de réouvrir durant la même période.



Photo : Emmanuel Macron - ActuaLitté CC BY SA 2.0


Commentaires
le gars qui avait dit au début du confinement (et pour le justifier) que QUOI QU'IL ARRIVE, à la mi-novembre, il y aurait 9000 (8000 ?) personnes en soin intensif (je vous laisse vérifier) vient de nouveau étaler sa propagande à l'organe de vente numéro 1.

Mais tout le monde trouve normal qu'on lui ment. Ce n'est pas comme si leur vie professionnelle dépendait des décisions de ces incompétents.

Un gars qui a fait fermer des lits d'hôpitaux pendant l’accalmie estivale vient vous expliquer qu'il vous enferme pour votre bien.

Un gars incapable de prendre une décision, qui vend notre industrie depuis des années, désarmant les Français qui ne sont même plus capables de construire un lit mécanisé, un gars qui a fait fermer une centrale nucléaire l'année dernière et qui vient vous expliquer il y a quelques jours qu'il y aura des coupures d'électricité cette hiver par manque de production.

Que faudra-t-il aux Français pour comprendre ?

Ou alors les Français sont bêtes à manger du foin ?
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.