Macron jurait d'alléger les cotisations : pour les auteurs, la précarité point

Auteur invité - 14.07.2020

Edition - Economie - cotisations sociales auteurs - Emmanuel Macron auteurs - aides Etat cotisations


Alors qu’Emmanuel Macron s’y était engagé, les artistes auteurs viennent de découvrir le pot aux roses. La réduction de cotisations sociales ne s’appliquera que pour une partie des professionnels concernés. En somme, clame une quinzaine d’organisations, pour les plus précaires, pas de réduction. Dans un courrier, l’intersyndicale déplore une discrimination injuste.

Leur courrier est ici reproduit dans son intégralité.



 
En contradiction avec les engagements du président de la République, un amendement du gouvernement a supprimé la réduction de cotisations sociales aux artistes auteurs les plus précaires ! 

Le président de la République a annoncé le 13 avril 2020 que des annulations de cotisations sociales seraient mises en œuvre pour les secteurs de l’économie durablement affectés par la crise, tels que le tourisme, la restauration, l’hôtellerie, la culture, le sport ou l’évènementiel. Le 6 mai 2020, il a expressément confirmé que les artistes auteurs seraient concernés par cette mesure. 

La troisième loi de finances rectificative pour 2020 prévoit en effet l’octroi d’une réduction de cotisations sociales pour tous les travailleurs non-salariés des secteurs particulièrement affectés par la crise. Mais lors de l’examen en première lecture, le gouvernement a déposé un amendement qui supprime toute aide aux artistes auteur les plus précaires.

Ces créateurs et créatrices seraient donc les seuls parmi tous les travailleurs non-salariés à ne pas bénéficier d’une réduction de leurs cotisations sociales en dépit de l’engagement du Président de la République ! 

Cette inégalité de traitement au détriment des professionnel·les les plus fragiles, parmi les auteurs et les autrices d’œuvres littéraires, dramatiques, plastiques, graphiques, photographiques, lyriques, chorégraphiques, musicales, cinémato- graphiques, audiovisuelles, etc., est injustifiable et inacceptable. 

En créant « un seuil d’au moins 3000 € de revenus en 2019 » comme condition pour bénéficier d’une aide, seraient exclus : 
– la plupart des artistes auteurs en début d’activité ;
– les artistes auteurs ayant consacré leur année 2019 à créer des œuvres sans en avoir tiré un bénéfice supérieur au seuil ;
– des artistes auteurs ayant engagé des frais importants de production d’œuvres ; 
– des artistes auteurs ayant investi dans le développement de leur activité professionnelle (outils, matériels, frais de local professionnel...) ;
–  des artistes auteurs ayant subi d’importants coûts de réparation ou d’entretien ;
–  des artistes auteurs dont l’activité artistique professionnelle a été réduite parce qu’ils ont suivi une formation professionnelle longue pour développer leur compétence artistique ;
–  des artistes auteurs dont l’activité artistique professionnelle a été réduite en raison d’un congé maternité, de problèmes de santé ou d’un accident de parcours ;
–  etc.

En l’état, le dispositif constituerait un désaveu de l’engagement présidentiel à soutenir la création artistique en général et la création émergente en particulier. Nous demandons donc au gouvernement et aux parlementaires de modifier le texte afin :
 
• de n’exclure aucun·e artiste-auteur·trice de la réductionsur le paiement de leurs cotisations 2020 ;
• d’octroyer une aide significative, donc d’instaurer un montant forfaitaire d’au moins 1 000 € (et non « d’au moins 500 € » !) ;
• de veiller à réellement limiter les effets de seuil engendrés par les paliers à 8000 € et 20.000 €.


Organisations signataires :
–  AdaBD Association des Auteurs de Bandes Dessinées
–  AICA France Association Internationale des Critiques d’Art
–  CAAP Comité Pluridisciplinaire des artistes auteurs
–  CEA Commissaires d’Exposition Associés
–  Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse
–  CLAP Comité de Liaison et d’Action pour la Photographie
–  EGBD États Généraux de la Bande Dessinée
–  Ligue des auteurs professionnels
–  SELF Syndicat des Écrivains de Langue Française
–  SMdA-CFDT Syndicat Solidarité Maison des Artistes CFDT
–  SNAA-FO Syndicat National des artistes auteurss FO
–  SNAP-CGT Syndicat National des Artistes Plasticiens CGT
–  SNP Syndicat National des Photographes
–  SNSP Syndicat National des Sculpteurs et Plasticiens
–  UNPI Union Nationale des Peintres Illustrateurs
–  USOPAVE Union des Syndicats et Organisations Professionnelles des Arts Visuels et de l’Écrit


illustration : stevepb CC 0


Commentaires
C.e.S.tCo.Ncar;jai.cRu.queCÉtai.tbien.écrit.pour.u.nE.Fois.

Comment voulez-vous être pris au sérieux avec l'écriture inclusive pour des écrivains ? À la place de Macron, je ferai pareil. Vous prenez les gens pour des cons, alors ne vous plaignez pas que les gens fassent pareils.

Et pourtant, je soutiens totalement votre revendication !
Comment voulez-vous être pris au sérieux si trois points médians vous désarçonnent tant que vous vous sentez dans l'obligation d'orienter tout votre commentaire sur le sujet, au lieu de parler du fond de l'article ? En plus, c'est vrai que VOUS ne prenez personne "pour un con" avec votre première phrase si mature et utile au débat... De mon côté, des auteurs et autrices qui innovent en matière d'écriture et sont sensibles aux problématiques de leur temps, ça me paraît tout à fait sensé.
Vous mélangez deux choses : des revendications sociales (sensées, comme le souligne Ballot) et des revendications sociétales (discutables, qui relèvent d'un point de vue personnel).

En mélangeant les deux, le message est brouillé, ce qui rend inaudible la partie sensée.

Si les auteurs/organisations/éditeurs veulent écrire dans un nouvelle langue, c'est leur problème (bien qu'illégal quand il s'agit d'une institution publique). Ils publient dans leur coin leurs œuvres et le public les financent (il va de soi que toutes ces personnes, morales ou sociétale, ne doivent pas toucher un rond de l'État qui interdit la déformation de la langue française. Il faut être logique jusqu'au bout quand on « combat » pour des idées...).
Vous me faites rire à pinailler sur l'écriture inclusive. C'est hilarant de voir des professionnels se sentir insultés lorsqu'ils ne comprennent pas leur propre langue. J'ai l'impression de voir mes anciens camarades de classes au collège lorsqu'on leur demandait de lire à voix haute devant la classe. Plutôt que de faire des efforts et s'y intéresser, ils ont préféré insulter et harceler les bons élèves, tout en décrochant. C'était plus simple.



Vous comptez réellement vous comporter comme des collégiens ?

Ça ne fera pas avancer votre cause d'un poil.

On peut passer à autre chose maintenant? Ou vous allez encore nous saouler avec votre haine de l'écriture inclusive à chaque nouvel article?
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.