Macron veut organiser un congrès des écrivains de langue française

Antoine Oury - 12.10.2018

Edition - Société - macron ecrivains - macron langue francaise - macron auteur


En déplacement à Erevan, en Arménie, pour le 17e Sommet de la Francophonie, le président de la République a prononcé un long discours sur la langue française, sa pluralité et sa diffusion dans le monde. Emmanuel Macron n'a pas pu s'empêcher, au passage, de promettre l'organisation d'un « congrès des écrivains de langue française ». Une annonce cosmétique, s'il en est.


Foire du Livre de Francfort 2017
Emmanuel Macron à Francfort, en 2017 (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 
 

À Erevan, devant le Premier ministre d'Arménie, Emmanuel Macron a prononcé un discours saluant le lien entre la France et le pays du Caucase. Après l'évocation de Charles Aznavour, incontournable, le président de la République s'est ensuite attaché à décrire le français comme « une langue de création ».

 

À ce titre, indique-t-il, les 84 pays de la Francophonie doivent « s'emparer de ce combat essentiel qui est celui des auteurs et du parcours entre les langues ». « [J]e plaide pour que nous puissions organiser un congrès des écrivains de langue française, sur le modèle de ce que font nos amis hispanophones. Aussi étonnant que cela puisse paraître, cela n'a jamais été fait en 50 ans. Ce congrès devrait réunir les grands écrivains, les grands éditeurs, tous ceux dont le métier est la langue, dans tout l'espace francophone », précise Emmanuel Macron.

 

Selon le président, ce congrès « devrait remettre les auteurs au centre, prendre acte du changement de statut du français, qui n'est plus simplement la langue de la France, et du rôle majeur de tous les continents dans la création littéraire ».

 

Emmanuel Macron a pris soin de précise que l'idée de ce congrès était soutenue par Leïla Slimani, sa « représentante personnelle pour la francophonie » et la ministre de la Culture Françoise Nyssen, qui avait d'ailleurs perdu au passage un peu de son influence sur ces questions.

 

Le combat pour les auteurs
 

Malgré cette volonté affichée, difficile de convaincre, pour Emmanuel Macron et sa politique culturelle : côté francophonie, ses mesures sont particulièrement critiquées, y compris par une des grandes voix de la francophonie, Alain Mabanckou, qui avait préféré décliner une proposition du chef de l'État en exposant ses motivations. D'autres propositions, comme les États généraux de l'édition ou le Parlement des écrivaines francophones, des événements créés dans le sillage d'un précédent discours de Macron sur la francophonie, peinent à convaincre.

 

Du côté des auteurs, difficile de découvrir le discours d'Emmanuel Macron sans amertume : « Le combat pour les auteurs, pour les idées est le plus beau qui soit », déclare le président, oubliant que son propre gouvernement est régulièrement interpelé par les auteurs français sur des questions comme la compensation de la hausse de la CSG, la paupérisation de la profession ou encore l'absence de véritable statut pour les écrivains. Et ce, sans fournir de réponses claires.

 

Défense et promotion de la langue française :
la BnF se la joue Du Bellay

 

Enfin, on s'amuse déjà, du côté des auteurs, des renoncements à venir dans les annonces et hommages du président de la République : à la Foire du Livre de Francfort, en 2017, Macron avait ainsi salué avec emphase le travail des traducteurs, promettant un « Grand Prix de la Traduction ». Lequel se fait toujours désirer.




Commentaires

Pauvre Macron avec son soft power bobo capricieux post colonialiste... du lait de sa mère encore accroché au bout de son nez. Pathétique. Hihi!
Projets à l'arrêt, « fake news » et « infox ».

Parmi les projets annoncés le 20 mars 2018 dans le discours fleuve et francophonique du président Emmanuel Macron à l’Institut de France, notons aussi le « collège des Francophonies » :



« Pour que la Francophonie soit ainsi une circulation [??], je souhaiterais qu’on puisse instituer peut-être ce que nous pourrions appeler un "collège des Francophonies", qui mettrait en relation les académies des pays d’expression française. »



Je l'écoute, je le lis, non, cet homme n'est pas crédible.



Voir : http://www.elysee.fr/declarations/article/transcription-du-discours-du-president-de-la-republique-a-l-institut-de-france-pour-la-strategie-sur-la-langue-francaise/
Peut-on parler une langue sans la penser ? A quoi sert la francophonie sinon à priver un max de gens de leur liberté de penser pour les conditionner à servir nos intérêts ?

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.