Madagascar : “Nous avons été reconfinés… la survie de la librairie est en jeu ”

Auteur invité - 18.07.2020

Edition - Librairies - coronavirus Madagascar librairie - confinement librairie commerce - librairie covid fermeture


Voahirana Ramalanjaona avait repris en 2015 la librairie Maison de la Presse, fondée en 1998 à Tananarive (Madagascar). Rebaptisée Mille feuilles, elle portait alors une voix nouvelle sur le territoire, associant un café aux livres. Mais depuis quelques jours, les cas de contamination par le coronavirus et de décès, affolent les compteurs chez les Malgaches. Avec, ce 4 juillet, un retour au confinement total, deux mois après la fin du précédent.

Agnès Debiage, de l’Association internationale des librairies francophones, nous livre ce texte, tant de soutien que d’hommage au travail de la libraire. Pendant ce temps, Tananarive, la capitale du pays, renoue avec les craintes d’une propagation virale. 


 

Ses mots, envoyés hier, m’ont fait l’effet d’un choc « Nous avons été reconfinés… aujourd’hui c’est la survie de l’entreprise qui est en jeu ». Pourtant c’est une positive, une tenace, une fonceuse, Voahirana Ramalanjaona. Elle habite à Tananarive (Madagascar).
 
La première fois que je l’ai accueillie en formation, j’ai immédiatement été surprise par sa personnalité. Elle était vive, comprenait tout au quart de tour, posait des questions s’il y avait la moindre zone d’ombre, elle faisait des réponses concrètes, carrées. Un pragmatisme associé à une volonté d’aller de l’avant. Elle était directrice de TMV, le distributeur national de la presse étrangère pour tout le pays et gérait dans la capitale, une petite maison de la presse avec une sélection de livres. Mais ça, c’était avant.

Nous échangions régulièrement. Elle savait que je savais ce qu’était une librairie francophone dans un contexte compliqué. Avec elle, pas la peine d’enrober la réalité, de choisir une expression à la place d’une autre, elle pouvait s’accorder cette pleine franchise.

Un jour, elle m’a annoncé : « J’ai le projet de racheter l’entreprise qui m’emploie, car le groupe français qui en est propriétaire veut la céder. Je rachète tout. L’activité. Les murs. Je garde tous les employés et j’utilise une partie des stockages pour créer une très grande librairie-café. Des travaux énormes à la clé. Oui bien sûr je m’endette auprès de ma banque, ce sera dur, mais je vais y arriver. »


la librairie Mille Feuilles de Tananarive

 
Sacré bout de femme, Voahirana. Elle avait décidé, elle l’a fait et c’est ainsi qu’est née la librairie-café Mille Feuilles. La première de Tananarive. Un magnifique espace sur deux niveaux. Elle a dû multiplier par dix son offre de livres, elle s’est mise à la cuisine et elle a ouvert son espace aux artistes, aux conférenciers, aux associations. Expositions, clubs de lecture, dédicaces d’auteurs, goûters philo,… elle s’associe à plein d’évènements culturels. Elle a fait de Mille Feuilles, un lieu qui vit, où l’on se sent bien. Une référence dont la notoriété dépasse largement la Grande Ile (qui correspond tout de même à la superficie de la France et du Bénélux réunis).
 
Voahirana aime se lancer dans de nouveaux projets, elle est prête à s’investir bénévolement, elle se démène pour faire avancer les autres. Toujours très professionnelle et très engagée dans son rôle de présidente de l’Association des Libraires de Madagascar.

Puis elle a ouvert une autre librairie Mille Feuilles, à Majunga (côte ouest). Elle s’apprêtait à inaugurer, en mars 2020, la boutique librairie du nouvel aéroport de Tananarive, mais l’épidémie de Covid 19 est arrivée..

Il y a quelques années, elle a intégré l’équipe des administrateurs de l’Association internationale des Libraires francophones (AILF) et tout naturellement a commencé à s’occuper de la zone océan Indien, avec ambition, légitimiste et en y ajoutant sa propre contribution. L’an dernier, dans le cadre de l’AILF, elle a coordonné à Madagascar, les 3e Rencontres interprofessionnelles de l’océan Indien réunissant des libraires, éditeurs, auteurs de toutes les îles de l’océan Indien. Un vrai succès.

Et quand elle en parle, sa voix traduit tout cet enthousiasme.

Elle vient d’être reconfinée. La situation est alarmante à Madagascar comme dans beaucoup d’autres pays [Ndlr : l'AILF avait réalisé un état des lieux des conséquences de l'épidémie mi-avril, montrant que l'économie des librairies francophones était exsangue].

Aujourd’hui elle se demande comment elle va payer ses employés, son prêt bancaire, ses échéances chez les éditeurs, comment elle va faire venir ses commandes de rentrée scolaire. Elle gère tout au jour le jour. Elle veut juste espérer que ses librairies résistent à cette tempête, mais son avenir réside dans un grand point d’interrogation.

 

Retrouver toute l’actualité de la librairie francophone dans le monde

photos : Voahirana Ramalanjaona - CC BY SA 2.0



Commentaires
C'est un drame! Est ce que l'état en est conscient? Pas sûre
Je vous souhaite beaucoup de courage!
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.