Mairie de Paris : Agnès Buzyn appâte les libraires avec un projet irréaliste

Nicolas Gary - 12.03.2020

Edition - Librairies - Agnès Buzyn librairies - mariei paris candidature - libraires enfants livres


En période électorale, la démagogie ne connaît aucune limite. L’une des candidates à la mairie de Paris entend séduire l’électorat libraire avec une mesure des plus innovantes : offrir des livres aux élèves de maternelle et de primaire. Trois ouvrages, précisément, au choix audio ou papier. 

Librairie L'Arbre à Lettres
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

La candidate emploie les mots justes, alors que le commerce du livre souffre depuis près de quatre mois de mouvements sociaux et désormais d’un virus anxiogène. Soucieuse de ce que les élèves puissent disposer d’une bibliothèque personnelle, et qu’ils entretiennent une relation de plaisir à la lecture, Agnès Buzyn souhaite engager la Mairie.
 

À la recherche du buzz, hein ?


« Dès septembre 2020, trois livres par an, sous format physique ou audio » seront offerts à « chaque petit Parisien, de la maternelle à la fin de l’élémentaire ». Une liste sera établie, avec le concours d’enseignants, de libraires, de bibliothécaires, d’éditeurs et d’auteurs — et rien qu’à ce niveau, on se dit que la complexité du projet fait peur. 

Le courrier, adressé à certains libraires de la capitale, dont ActuaLitté a obtenu copie (voir en fin d’article), flatte « les amoureux du livre que vous êtes ». Ce sont donc eux, libraires, « et non les élus qui décideront » de la fameuse liste.

Pour obtenir son ouvrage, l’enfant « devra se rendre dans sa librairie de quartier », activité qui représentera « une sortie culturelle régulière ». Trois fois l’an, donc. Et à elle seule, cette sortie sera « capable de lui donner l’envie de la réitérer de sa propre initiative ». 

On imagine parfaitement Lucas, Paulin ou Sarah, 3 ans, déclarer tout de go à leurs parents qu’ils veulent profiter de la manne instaurée par la candidate… Les études, nombreuses sur le sujet, montrent d’ailleurs que si les parents n’ont pas le goût des livres et ne manifestent pas d’envie spécifique à ce sujet, leur progéniture risque assez logiquement de ne pas s’en sentir investie non plus.
 

Quel coût ?


Selon l’Académie de Paris, sur l’année 2017/2018, on comptait 63.136 élèves de maternelles et 104.431 en élémentaires (incluant public et privé sous contrat). Comptons que le prix moyen d’une fiction jeunesse tourne autour de 11 € (albums, contes et romans). Et de même pour une bande dessinée.

Donc, près de 35 € par élève : sur l’année, la facture revient à 5,53 millions €. 

Selon le Centre Régional d’Observation du Commerce, de l’Industrie et des Service, la capitale dénombrerait 704 librairies, qui se partageraient alors le gâteau. Soit près de 7850 € par établissement. Une librairie dispose en moyenne, toujours, d’une marge de 35 % – donc 2747 € par an, représentant 228 € mensuels.

Avec un taux de rentabilité moyen sur l’Hexagone de 1 % — autrement dit, ce qu’il reste au libraire, toutes charges payées — cela laisse dans sa poche 78,5 € pour l’année. 

Un fameux coup de pouce en effet pour le petit commerce. En revanche, la chaîne du livre dans son ensemble profiterait d’une manne de plusieurs millions d’euros de chiffre d’affaire, répercutés sur les différents acteurs — dans des proportions pas bien folichonnes non plus. 

La candidate affirme avoir « conscience de la fragilité des librairies indépendantes face à la rude et inégale concurrence qu’elles rencontrent désormais ». La promesse qu’au terme du mandat qui lui serait confié, « aucune librairie ne manquera à Paris », donc d’endiguer les fermetures d’établissement, ne passera certainement pas par ce genre d’approche.
 

Qui et comment ?


Le Syndicat national de la librairie n’était pas informé de ce projet, et nous attendons encore des précisions de Paris Librairie. La mesure semble un peu hors-sol.

Cependant, quelques précisions s’imposent : sur le modèle de ce que plusieurs mairies d’arrondissements proposent, le règlement s’effectuera certainement par chèque lire. Or, seule une centaine de librairies sur Paris les accepterait. On peut reprendre tous les calculs donc, et recommencer :

• 55.300 € par librairie
• marge de 19.355 € sur l’année, 1612 € par mois
• rentabilité annuelle de 553 €

Un peu plus intéressant, mais pas spécialement plus efficace non plus. N’ayant pas réussi à joindre le service de communication ni les responsables culture de la candidate, difficile de démêler les fils de cette opération. Et plus encore de comprendre comment tout cela va s’organiser — voire quelles sont les répercussions réellement attendues pour les librairies parisiennes. 

Ensuite, les artistes auteurs pourront attester que durant son passage au ministère des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn n’a pas fait preuve d’une flagrante efficacité, quand il s’est agi de tenir les comptes à jour
 



Commentaires
Très mauvaise ministre de la santé, si la buzyn est élue ce sera une très très mauvaise maire pour les parisiens . Reagissez parisiens et parisiennes .
Bonjour

Très bel exercice de compte d’exploitation. Sauf mauvaise lecture de ma part, vous avez omis que Chèque Lire prélevé 5
Au-delà des analyses politiques variées et de la remarque générale que les promesses électorales n'engagent que ceux qui y croient, permettez-moi de faire quelques remarques sur vos chiffres.



Sur la base de vos hypothèses de panier moyen et de nombre d’élèves, le chiffre d’encaissements correspondant à l’opération est de 5 864 845€. Soit un chiffre d’affaires après paiement de l’impôt de la TVA de 5 585 566€.



(Notons au passage que le reversement de la TVA sur le livre aux auteurs augmenterait leurs revenus de 50% immédiatement)



La première question est de savoir quelle est la proportion qui correspond à un achat nouveau, c’est-à-dire à un achat de livres qui n’aurait pas lieu sans l’opération proposée.



En notant que la moitié des français n’achète aucun livre, je propose d’opter pour 75%, c’est-à-dire de faire l’hypothèse 75
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.