Majuscule, une Hécatombe avec un grand H

Clément Solym - 19.11.2010

Edition - Economie - fermeture - librairies - majuscule


Il semblerait que le vent froid du Nord-Pas-de-Calais ne soit pas favorable aux librairies Majuscule. En effet, l’enseigne avait ouvert quelques années plus tôt plusieurs librairies dans les centres-villes notamment de Dunkerque, Boulogne sur mer et Bruay ; elle se voit maintenant contrainte de licencier 31 salariés pour subsister.

« Le chiffre d’affaires n’a pas atteint nos objectifs » explique Patrick Demey, le directeur de Majuscule. Alors que la CFDT estime qu’une réduction de l’espace suffirait à conserver les emplois, M. Demey essaie de faire de son mieux. « J'essaie de couper une main plutôt qu'un bras. Le contexte n'a pas fondamentalement changé dans le créneau traditionnel librairie-papeterie. Pour moi, il s'agit d'un problème d'attractivité des centres-villes », explique-t-il à La Voix du Nord.

Le maire de Bruay, Alain Wacheux, estime quant à lui que la cause est « un phénomène de consommation, et peut-être un souci d’ensemble dans la société de M. Demey ».


Majuscule à Tourcoing

Patrick Demey est actuellement en pleine réflexion pour recaser les salariés évincés. Il parle de « libraires et de grandes surfaces qui seraient intéressés pour reprendre le personnel », mais les syndicats protestent contre « le manque de communication, de transparence et de responsabilité de la direction » qui n’auraient prévu « aucune mesure de reclassement ou d'accompagnement ».

Quoi qu’il en soit, le directeur de Majuscule espère trouver un repreneur dans le même secteur d’activité pour racheter le fonds de commerce et ainsi renflouer les caisses de l’entreprise. Grâce à ce plan de sauvegarde, M. Demey « a bon espoir que les magasins qui restent s'en sortent ».

Il subsiste toutefois un léger problème : la municipalité avait investi 500.000 € en 2008 sous forme d'un aménagement de cellules commerciales, pour permettre à l'enseigne de s'installer le mieux possible. La mairie reste optimiste sur ce point : un repreneur dans la même branche est sur la brèche. Pas d'inquiétudes pour l'investissement réalisé. Juste sur le nouveau client à venir.