medias

Maka Kotto ne « prendra pas cinq ans » pour réglementer le prix du livre

Julien Helmlinger - 26.09.2013

Edition - International - Maka Kotto - Québec - Réglementation


Au Québec, le ministre de la Culture et des communications, Maka Kotto, a exprimé la volonté de réagir dans « des délais raisonnables » à la consultation publique concernant le projet du prix unique pour les livres dans les librairies locales. Par le biais d'un communiqué de presse, son ministère promet qu'il « n'aura pas besoin de cinq ans » pour annoncer la suite des démarches du gouvernement Marois dans ce dossier, celui qui divise les acteurs de l'industrie bouleversée par les mutations numériques.

 

 

 Makka Kotto (crédits : gouvernement)

 

 

Comme le déclare le ministre : « La situation des librairies indépendantes est préoccupante et j'y suis très sensible. Le Parti québécois s'était engagé à tenir une commission parlementaire sur cette question. Je suis très fier d'avoir respecté cet engagement à l'intérieur de la première année de notre mandat. » 

 

Le gouvernement se prépare vraisemblablement à légiférer en faveur de l'adoption d'un prix plancher du livre pour l'ensemble des entreprises, à l'exception des acteurs du web comme Amazon, versant dans le commerce de ce type de biens culturels au Québec. Avec pour but affirmé de maintenir un réseau de librairies indépendantes sur tout le territoire.

 

La consultation publique était attendue depuis lurette. Si certains arguent que les offres promotionnelles des grandes surfaces contribuaient à pousser les librairies indépendantes vers le précipice, d'autres acteurs estiment qu'il faudrait respecter la libre concurrence et la popularité croissante des livres numériques.

 

Si le ministre reconnait que « certaines initiatives de réglementation du prix des livres, mises de l'avant à l'étranger, sont structurantes mais se sont révélées insuffisantes », il s'estime « satisfait de constater le travail accompli au cours des dernières semaines ».

 

Il ajoute que « cet exercice démocratique a permis de mieux cerner les tenants et les aboutissants d'une réglementation du prix de vente des livres neufs, tout en ouvrant plus largement la réflexion sur les habitudes de lecture et de consommation des Québécoises et des Québécois, la création et la culture ».